Isabelle Mangeot fait partie des 38 producteurs français mis à l'honneur par ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation
© EDG
La plus haute récompense dans le monde agricole vient d’être décernée à Isabelle Mangeot pour son travail et son savoir-faire dans le domaine viticole du Toulois qu’elle exploite depuis 20 ans. Le couronnement d’un long chemin pour cette ancienne employée de l’usine Kléber.

Ça sonne comme une belle récompense de l’école d’autrefois : le prix d’excellence. Ils ne sont que trente-huit en France à se voir attribuer ce titre qui vient saluer ce qui se fait de mieux dans le monde agricole. Isabelle Mangeot la savoure sans se lasser. D’autant qu’elle n’est pas issue d’une famille d’agriculteurs, se considérant même comme une urbaine pur jus, n’ayant bu que de l’eau jusqu’à la rencontre de son mari, Jean-Michel, aujourd’hui disparu. Ensemble, ils ont d’abord commencé, comme beaucoup dans le Toulois, par grossir les rangs de l’usine Kléber. Mais l’amour de la vigne de Jean-Michel les porte assez vite à s’intéresser à cet autre secteur d’activité. C’est en 1998 que le pas vers la vigne est franchi à l’occasion du licenciement de son mari de l’usine. Elle attendra la fermeture de l’usine en 2008 pour le rejoindre à temps plein.

« Le Graal des producteurs en quête d’excellence »

En 20 ans, ils ont fait du domaine Régina, une des plus belles réussites viticoles de la région. À la renommée s’ajoute une multiplication par dix de la taille du domaine. Au travail rigoureux s’ajoute un savoir-faire acquis avec le temps : « Ne venant pas de ce milieu, nous avons développé une façon bien à nous de travailler notre vin. Jusqu’à son décès en 2015, Jean-Michel était le garant de la bonne marche du domaine : il avait hérité de son ancien métier d’informaticien d’une rigueur et d’un sens de l’organisation sans pareils », raconte Isabelle. C’est ce travail qui est aujourd’hui récompensé, amplifié par l’énergie qu’Isabelle Mangeot a su insuffler dans ses affaires, quand beaucoup pensaient que le domaine ne survivrait pas à la disparition de Jean-Michel Mangeot.

À la différence des médailles qui distinguent la qualité d’un produit pour une année donnée, le Prix d’Excellence atteste de la maîtrise des savoir-faire d’un producteur lui permettant de garantir une grande régularité dans l’excellence de sa production. Isabelle, qui collectionnait déjà les médailles est particulièrement touchée par ce prix : « la régularité est une chose très difficile dans le monde de la vigne. Sans le travail de mon mari, tout ça aurait été impossible. Ce prix, c’est avant tout sa consécration.»

« Il s’agit aujourd’hui de la plus haute distinction pouvant être obtenue par une équipe de production ayant fait de l’excellence une ambition, commente Benoît Tarche, commissaire général du Concours Général Agricole. Ce prix constitue aussi un repère prisé par les acheteurs professionnels et par les importateurs de nombreux marchés étrangers ». Alors que les vins de Toul fêtent les 20 ans de leur AOC, Isabelle Mangeot est doublement heureuse. Au printemps prochain, elle célèbrera les 20 ans de la sortie de la première bouteille du domaine Régina. Après plusieurs années un peu sombres, elle vit ces moments comme une belle éclaircie.

Dans quelques jours, elle partira une nouvelle fois au Salon de l’agriculture de Paris, ses bouteilles sous le bras. Une des cuvées, un Auxerrois atypique et aromatique, a été baptisée « cuvée du bâtisseur » en hommage à son mari. Et pour la relève,
Isabelle se réjouit de pouvoir compter sur sa fille Lorraine. Du haut de ses 16 ans, elle est déjà très impliquée dans un domaine qui est désormais une belle
histoire de famille.