© DR

La bière progresse en Lorraine, les événements qui lui sont consacrés aussi. Au premier rang desquels le Salon du Brasseur et la Fête des Bières. Rendez-vous des professionnels, il se veut aussi une fête conviviale pour le grand public, histoire de célébrer une tradition régionale qui retrouve une seconde jeunesse.

Il y a quelques années encore, pas si longtemps que ça, quand la bière tenait salon, elle le faisait en discrétion, entre amateurs, passionnés. À Saint-Nicolas-de-Port, autour du réputé Musée Français de la Brasserie, ils étaient une poignée à se réunir pour se faire connaître après s’être lancé dans l’aventure un peu folle de la relance des microbrasseries. Vézelise, Champigneulles, Saint-Nicolas, Tourtel, les grands noms des brasseries traditionnelles lorraines faisaient peu à peu de la place à de nouvelles bouteilles aux étiquettes soignées et aux noms poétiques ou humoristiques. Ce qui aurait pu rester une lubie de bobos néo-ruraux s’est en fait révélé être une vraie tendance de fond : le retour de la bière sur nos tables et finalement dans nos cœurs. On revient pourtant de loin. Au début du XXe siècle, il y avait plus de 2 800 brasseurs en France, puis la profession, concurrencée par les grands groupes internationaux, s’est quasi éteinte au début des années 1980. Depuis le début des années 2000 le secteur est en plein boom : entre 2006 et 2018 on est passé de 246 à 1 100 brasseurs en France. En 2017, le rythme de créations était d’une brasserie tous les deux jours. Il a encore augmenté en 2018 et dépasse le seuil d’une par jour. Pourquoi un tel succès ? « Les consommateurs recherchent de plus en plus l’authenticité, les bons produits locaux et de nouvelles saveurs. Même si le marché reste dominé par les grands groupes internationaux comme Heineken ou Kronenbourg, la consommation de ces bières artisanales est en hausse constante », explique Benoît Taveneaux, président du Musée Français de la Brasserie à Saint-Nicolas-de-Port et co-organisateur du Salon.

DU ZINC AUX TABLES ÉTOILÉES

Autre conséquence inattendue : le houblon s’invite désormais chez les chefs et sur les tables des grands restaurants. Amer, acide, sucré, torréfié, caramélisé, fumé, végétal, fruité, liquoreux, épicé… L’amplitude gustative des bières permet des accords inattendus et souvent audacieux. Longtemps cantonnée au zinc et aux soirées viriles, la bière séduit de plus en plus les femmes. Depuis la nuit des temps ce sont elles qui brassaient en même temps qu’elles faisaient le pain. Les hommes ont pris la main au XIXe siècle avec la révolution industrielle. À partir des années 50, il était plutôt mal vu pour une femme de boire de la bière, réputée comme une boisson d’hommes », poursuit Benoît Taveneaux. Plus féminine, plus branchée, plus classe : au pays du vin, pas de pression, la mousse a de beaux jours devant elle.

TROIS QUESTIONS À…

Aurélie Hennebert

DIRECTRICE DES SALONS, PÔLE PRODUCTION D’ÉVÉNEMENTS, DESTINATION NANCY PARC DES EXPOSITIONS

À l’origine le Salon du Brasseur était à Saint-Nicolas de Port, pourquoi se tient-il désormais au Parc Expo ?

Le Salon du Brasseur a vu le jour au Musée Français de la Brasserie il y a une vingtaine d’années, lorsque les responsables du musée ont souhaité faire de cet espace, un lieu vivant de la culture brassicole. Au fur et à mesure, ils ont mis en place des formations, organisé un concours de bières, puis des conférences, et les demandes étant nombreuses… un Salon du Brasseur. Ce salon est devenu le rendez-vous incontournable pour les brasseurs, mais en 2017, victime de son succès, le Salon du Brasseur est à l’étroit dans ses murs à Saint-Nicolas-de-Port. DESTINATION NANCY et le Musée Français de la Brasserie se sont donc associés pour organiser le salon dans des locaux plus vastes et adaptés : au Parc des Expositions. Si son lieu a changé, sa philosophie reste la même ! Le Salon du Brasseur reste un moment de rencontres, d’échanges et de convivialité entre les brasseurs professionnels et amateurs, agrémenté d’ateliers et de conférences toujours plus à la pointe de la nouvelle technologie dans le milieu brassicole.

Le Salon du Brasseur est une référence pour les brasseurs professionnels et amateurs. Que viennent-ils y chercher ?

Le Salon du Brasseur est en effet le salon technique leader en France pour les brasseurs professionnels et amateurs. Il réunit des entreprises de différents secteurs comme la fabrication, le conditionnement, les matières premières, les équipements de laboratoire… mettant ainsi en lien de nombreux professionnels de la branche brassicole. Ce rendez-vous annuel rassemble en 2020 plus de 150 exposants, dont 39 % d’internationaux. Parmi les pays représentés : les Pays-Bas, la Slovaquie, la Slovénie, la Suisse, l’Italie, l’Allemagne, la République tchèque, la Belgique, le Royaume-Uni et l’Espagne, mais également des pays Outre-Atlantique comme les États-Unis ou le Canada.

C’est aussi une grande fête de la bière pour le grand public. Quels sont les rendez-vous incontournables, les nouveautés de cette troisième édition ?

En parallèle du salon professionnel, nous organisons la Fête des Bières, un événement en deux temps avec une Soirée Festive le samedi soir et un Marché Bières & Saveurs le dimanche. La Soirée Festive propose une programmation variée avec de nombreux concerts et notamment la venue des Flying Orkestar. Pour la première fois, nous collaborons avec les équipes du Festival Cart’Son en accueillant le tremplin musical à l’occasion de cette soirée ; quatre groupes se produiront sur scène et le public pourra voter pour son groupe « coup de cœur », les deux grands gagnants seront à retrouver sur le Festival le 6 juin. Dans une volonté de renforcer notre démarche RSE, nous proposons aux visiteurs de venir avec un EcoCup de leur choix, et ainsi de gagner une entrée pour la Foire Expo 2020. Les visiteurs pourront également participer gratuitement à des ateliers de peinture à la bière et ainsi repartir avec un souvenir de leur visite sur le Marché Bières & Saveurs.

ZOOM SUR…

Katy Klein, une blonde délicate mais avec du caractère !

Lorsque l’on s’imagine le responsable d’une brasserie artisanale, on a tendance à le voir carré, barbu, les bras tatoués. Halte aux clichés ! Les femmes trouvent de plus en plus leur place dans le secteur : une microbrasserie sur dix créée l’est par une femme.
Et ne leur dites pas qu’elles font des bières de filles… Rencontre avec Katy Klein,
une des rares brasseuses de Lorraine qui sera au rendez-vous du salon.

Dans une autre vie Katy Klein était zythologue – du grec zythos : l’orge – une spécialiste de la bière, au même titre qu’un œnologue pour le vin. « J’ai travaillé pendant sept ans dans l’analyse sensorielle, j’y faisais notamment de la formation pour le panel Experts bières dans des labos à Nancy et Pont-à-Mousson. Je suis une passionnée qui aime transmettre et partager ». Comme souvent, c’est l’arrivée d’un enfant qui déclenche l’envie de changer de voie. « Pendant mon congé maternité, j’ai réfléchi à ce que je savais et à ce que voulais faire de ma vie. » Le projet de brasserie s’est imposé rapidement, facilité par la possibilité de s’installer sur les terres familiales à Anthelupt. Pour passer de la théorie à la pratique, la jeune femme a travaillé pendant un an sur la partie production, la sélection des matières premières, ses recettes et fait le choix du bio. Il y a cinq ans les premiers brassins des Pap’illes sont mis en bouteilles. « Je ne suis pas une adepte des bières sucrées et fortes en alcool – chez moi la plus forte est à 6° – ce qui me plaît, c’est de garder l’aspect désaltérant et de proposer des goûts variés. Faire de la bière c’est comme cuisiner ; quand on maîtrise ses classiques, on peut se permettre de tester de nouvelles choses ». Comme de glisser de la muscade, de la coriandre, des agrumes, de la mirabelle, du café et même des paillettes dans les recettes pour créer des bières originales comme la Michto – une blonde aux arômes maltés – ou la Wood sa « chouchoute du moment », une brune au bois de chêne, idéale avec un fondant au chocolat… Des bières faites par une fille pour des filles ? « Pas du tout, rétorque la brasseuse, d’ailleurs nous sommes trois brasseuses en Lorraine et chacune invente des bières très différentes. Marjorie Jacobi, par exemple, fait des bières très houblonnées et aime l’amertume. On ne fait pas des bières de filles mais des bières de caractère. De nos caractères ! »

INFOS PRATIQUES :

Du vendredi 27 au dimanche 29 mars au Parc Expo.

Salon du Brasseur – Ouvert aux professionnels et brasseurs amateurs – vendredi 27 et samedi 28 mars de 9 h à 18 h – 5 €.

Fête des bières, soirée festive – samedi 28 de 18 h 30 à 1 h – 10 €.

Marché bières et saveurs – dimanche 29 de 10 h
à 18 h – 5 €.

http://www.salondubrasseur.com