Pierre (à gauche) et Laurent Singer, directeurs du Parc animalier de Sainte-Croix
© DR

Ils ont transformé le petit parc animalier familial en l’un des plus beaux espaces dédiés à la nature en Europe. Les frères Singer écrivent une nouvelle page de Sainte-Croix en ouvrant une zone dédiée à la faune et la flore nord-américaines, couronnant le succès croissant du parc.

Ils n’avaient pas prévu de mener leur carrière de concert, pas plus qu’ils ne l’avaient imaginée sous les grands arbres des forêts de Moselle. Aujourd’hui Pierre et Laurent Singer sont les deux têtes d’une seule entité devenue un succès touristique et un modèle écologique. C’est leur père, Gérald, qui s’éprend de ce coin de nature en 1967. Agriculteur, il achète plusieurs hectares plantés d’une immense forêt au milieu des étangs. Quelques années plus tard, ce passionné de faune et de flore se lance dans une entreprise un peu folle : monter un parc animalier pédagogique. Il a l’idée de faire venir des loups en 1986, puis des ours, de privilégier la faune régionale, ce qui fera l’ADN du parc. Les débuts sont timides, parfois même difficiles, les soutiens peu nombreux. Ses deux fils sont toujours là pour donner un coup de main, mais leurs études les ont déjà poussés vers des horizons différents. Pierre est dans le journalisme, Laurent est juriste de formation. L’un aime les sujets sur l’environnement, l’autre maîtrise le droit des affaires et la fiscalité. « Même si nous avons grandi sur place, notre père ne nous a jamais poussés à prendre sa suite, raconte Laurent Singer. Mais à la fin des années 80, quand le parc a failli mourir, toute la famille s’est soudée autour de sa survie. » Pierre se souvient que c’est à ce moment précis que « ce projet est devenu celui de notre vie. »

Les deux fils apportent peu à peu leurs talents jusqu’à ce que le Département de la Moselle, au milieu des années 90 se lance dans une politique touristique autour du thème de la nature. Le parc de Sainte-Croix incarne parfaitement le slogan « la nature grandeur nature ». « Nous avons eu a ce moment un vrai coup de pouce, explique Pierre
Singer. Le début d’un partenariat, d’un accord gagnant-gagnant entre le Département de la Moselle et le parc de Sainte-Croix ».

Les frères Singer vont faire évoluer le concept du parc, lui donner un aspect plus ludique mais resteront fidèles à l’esprit d’origine : « Papa voulait en faire un jardin d’Eden, un lieu de reconnexion à la nature. Dans toutes les évolutions du parc, nous avons respecté cette approche », confie Pierre Singer.

Le point commun de tous les Singer, c’est peut-être cet esprit d’entreprise qui les pousse à franchir un nouveau cap en 2010 avec l’ouverture des hébergements insolites pour prolonger l’expérience du parc en dormant au milieu des animaux. « L’idée nous est venue un peu par hasard, raconte Laurent, quand des amis accueillis pour la nuit ont souligné la chance que j’avais de pouvoir dormir si proche des animaux. » Les frères sentent le potentiel, en termes de communication de ce projet inédit en France à l’époque.

« Notre père voulait faire de Sainte-Croix un jardin d’Eden, un lieu de reconnexion à la nature. C’est toujours notre philosophie. »

Dix ans plus tard, l’essai est transformé, le parc est réputé pour ses hébergements au cœur de la nature et au contact des animaux. Une offre aujourd’hui enrichie avec l’ouverture d’une nouvelle zone, baptisée Le Nouveau Monde. Dix-sept lodges à l’architecture originale offrent une vue sur des espèces nord-américaines, une belle grange propose onze lofts avec leurs points de vue privatifs sur les ours noirs, les meutes de coyotes : « Tout s’est fait dans le respect d’un écosystème, passionnant à composer, détaille Laurent Singer. Pour accueillir les 8 nouvelles espèces, nous avons planté plus de 60 000 essences, plus de 300 arbres et créé une rivière… Le symbole du nouveau monde est aussi important à nos yeux, car il s’agit de proposer une nouvelle façon d’observer la faune et la nature. »

Dans quelques mois, le parc fêtera ses quarante ans. Depuis 1995, le travail des frères Singer aura permis de tripler le nombre de visiteurs annuels. Mais au-delà de la réussite touristique, Pierre et Laurent se réjouissent de pouvoir prolonger l’œuvre de leur père : « Nous ne sommes pas des prêcheurs, mais nous voulons offrir des moments de réflexion, susciter l’interrogation chez le visiteur, car on ne protège bien que ce qu’on connaît. »

Le Nouveau Monde en chiffres

8,5 ha consacrés aux grands espaces nord-américains

nouvelles espèces

1 meute de coyotes – unique en France

km de nouvelle zone de visite

17 lodges

14,5 millions d’euros investis

Infos pratiques

Parc animalier de Sainte-Croix à Rhodes
De 18 à 26 € – Gratuit pour les moins de 3 ans
http://www.parcsaintecroix.com

30 mai : ouverture
du Nouveau Monde