© DR

Président de la 4e édition de Cité Santé, le généticien Axel Kahn, un des plus grands spécialistes des questions d’éthique médicale, évoque le futur de la relation médecin-robot-patient, qu’il aborde sous le sceau de la complémentarité.

Les machines ou l’intelligence artificielle peuvent-elles remplacer un médecin ?

A l’heure actuelle, on ne peut plus accepter de ne pas utiliser les machines pour établir les diagnostics. Le médecin traitant, le référent humain continuera d’exister. Simplement ça ne sera plus à lui de faire le diagnostic et de définir le meilleur traitement. Il est de toute façon inacceptable pour l’humaniste de ne pas choisir la meilleure option. Inacceptable de soigner un malade moins bien que l’on pourrait le faire. En total désaccord avec le fondement de la pratique médicale, voire le serment d’Hippocrate. Par exemple, les anatomopathologistes ou radiologistes savent qu’à terme leur métier va inexorablement disparaître sous sa forme actuelle. Comment des humains, aussi performants soient-ils pourraient rivaliser avec des machines de traitement d’images ?

Dans quel domaine le médecin est-il irremplaçable ?

Aucun calcul ni suite de codes ne pourront remplacer l’empathie, la chaleur, la proximité d’un médecin avec et pour son patient. Ce que l’on peut appeler la « bisou thérapie », ou « calinothérapie » ne représente pas loin de la moitié de l’efficacité thérapeutique et de l’activité du médecin dans sa pratique quotidienne. Il faut donc à tout prix que l’on arrive à préserver cette relation privilégiée qui, outre son apport psychologique, intervient énormément dans la mise en œuvre de l’acte médical. Le contact direct avec un humain gardera un attrait important.

Quelles conséquences sur la formation des médecins du futur ?

La réforme de la formation est un point essentiel et relativement urgent. Nous en sommes encore à réformer l’apprentis- sage de la médecine d’hier et d’aujourd’hui ! Il faut sept ans pour préparer un médecin. Dans dix à quinze ans, l’orientation de la médecine du futur sera déjà bien amorcée. Il risque bien d’y avoir une phase d’inadaptation entre les soignants et le monde réel. Comme cela s’est fait plusieurs fois dans l’histoire. Les études de médecine se devront d’être très profondément modifiées et devront notamment prendre en compte la logique de l’intelligence artificielle car il est nécessaire de connaître les dispositifs de sécurité, ceux des bugs et des alertes afin de les réorienter. Il serait redoutable de ne pas réfléchir en amont à cette nouvelle organisation du travail et de laisser toute la place aux robots. Dans cette société déshumanisée, le besoin de contact humain sera renforcé…

INFOS PRATIQUES ;

GRANDE CONFÉRENCE PUBLIQUE PAR AXEL KAHN : « DEMAIN, L’HUMAIN… » à 14h30 au Centre Prouvé
Conférence suivie d’échanges avec Raphaël Pitti, médecin en humanité. Raphaël est un médecin humanitaire urgentiste engagé en Syrie.Ex-médecin militaire, il forme le personnel soignant à la médecine d’urgence dans les zones de guerre. (confirmé)
Raphaël Pitti a publié en 2018 son autobiographie : Va où l’humanité te porte ( Editions Taillandier)

Entrée libre