800 000 masques seront produits dans l'atelier de Maxéville
© EDG

Le département de Meurthe-et-Moselle a lancé ce week-end sa première usine de fabrique de masques, sur le site des anciennes brasseries de Maxéville, en collaboration avec un jeune créateur de mode nancéien. 75 personnes travailleront à temps plein pour pouvoir équiper gratuitement la plupart des habitants du département.

Les anciennes brasseries de Maxéville résonnent depuis samedi du bruit des machines à coudre. Comme un symbole, le site industriel en friche retrouve de l’activité dans cette période de crise sanitaire. Il est rare de voir une fabrique sortir de terre en Lorraine ces dernières années, il est encore plus rare de voir naître un usine en si peu de temps. Il aura fallu moins d’un mois pour que le projet, initié par le Conseil départemental voit le jour. L’usine emploiera pendant quelques semaines 75 personnes sur le site des anciennes Brasseries, mis à disposition par la ville de Maxéville. Les machines viennent d’Italie et de Troyes et seront en mesure de produire jusqu’à 800 000 masques en quelques semaines. Pour répondre aux besoins des Meurthe-et-Mosellans et aux attentes des maires, l’usine va fonctionner 7 jours sur 7 et 24 h sur 24. Elle devrait produire entre 15 000 et 20 000 masques par jour en pleine activité.

À la direction technique de cette expérience inédite, le créateur de mode Davy Dao. Il y a quelques années, il a ouvert en plein centre de Nancy son atelier de fabrique de jeans et a rencontré un vif succès grâce à son approche écologique privilégiant les circuits courts, la production de textile locale et l’emploi direct. Récemment il a même lancé avec réussite le premier jean en lin, made in France, s’appuyant sur la relance de la seule filature de lin en Alsace. Missionné par le Conseil départemental, Davy Dao a fait la proposition d’un masque lavable en machine à 60°, qui répond aux spécifications Afnor spec S76-001 de catégorie 1, avec une qualité de filtration comprise entre 90 et 95% des particules de la taille du virus (entre 1 et 3 micron), garantie au minimum pour les 10 premiers lavages. Le tissu provient exclusivement des Vosges et les personnes derrières les machines ont été recrutées grâce à un réseau d’insertion dans des délais très courts afin d’offrir un emploi aux personnes qui en ont le plus besoin. Opérateur machine, blanchissage, couture, préparation, contrôle, conditionnement : 5 équipes de 14 personnes avec un encadrant ont été constituées.

L’opération « Un masque pour les Meurthe-et-Mosellans » est co-financée à 50% par le Département et à 50% par les communes ou les intercommunalités partenaires de l’opération. Démarche économique inédite, elle a séduit 96% des communes du département, qui se sont lancées dans l’aventure.

Les premiers masques seront livrés gratuitement à partir du 7 mai.