© Thomas Lavelle
Elle est américaine, mais c’est en France qu’elle a fondé le Rire Médecin. Caroline Simonds, qui enfile régulièrement son nez rouge, coordonne aujourd’hui près de 100 comédiens et recherche continuellement des financements pour ses nouveaux projets.

Avant de devenir Docteur Girafe, vous étiez docteur tout court ?

Caroline Simonds  Oh, non je n’ai jamais été docteur même si c’était l’un de mes rêves de petite fille. À 5 ans je voulais être « docteure » et vivre en France ! À 18 ans j’ai fait un stage dans le service des grands brûlés dans un hôpital de la Philadelphie. C’était très dur, car à l’époque on ne donnait pas de morphine et j’ai réalisé que je ne voulais pas faire du mal aux gens. J’ai rangé mon rêve de médecin et je me suis très naïvement tournée vers le théâtre. J’étais tellement nulle que je faisais rire tout le monde, J’avais tout pour faire clown !

Du coup, vous avez réalisé votre autre rêve, celui de vivre en France ?

Oui, au début des années 70 je suis venue en France. Pendant 10 ans j’ai vécu une vie de saltimbanque. J’ai adoré toutes les rencontres que j’ai faites grâce au théâtre de rue. Et puis je suis retournée à New York. Un jour, pour Thanksgiving on m’a demandé si je pouvais me déguiser en dinde pour des enfants hospitalisés en cancérologie. Je suis arrivée avec mon mètre 85, avec ce costume fou et il s’est passé un truc. Une rencontre très puissante. Voir le visage de ces enfants passer de l’ennui, l’angoisse ou la peur à l’hilarité, ça m’a bouleversée. Une petite troupe de clowns – le Big Apple Circus – se produisait dans les hôpitaux new-yorkais, j’ai passé une audition.

« Il faut beaucoup de finesse pour être aussi crétin ! »

 C’est le début de votre « vocation » de clown à l’hôpital ?

Pendant 4 ans, j’ai joué dans un énorme hôpital du Bronx. J’y ai trouvé mon clown : le Docteur Girafe. Avec ma taille c’était naturel et puis c’est un animal sensible avec des cornes pour ressentir et de grandes oreilles pour écouter. Très vite j’ai eu besoin de comprendre et de m’éloigner de la seule performance. On m’appelle Mademoiselle 1000 questions, ce n’est pas pour rien ! Quand j’ai créé ma compagnie de clowns, j’ai voulu faire mieux que les américains. Pour faire rire à l’hôpital il ne suffit pas de mettre un nez rouge et d’être gentil, loin de là.

Retour en France avec le projet Rire Médecin, comment ce sont passés les débuts ?

Au tout début, il y a beaucoup de rejets et puis un jour, à mon grand étonnement trois chefs de services m’ont dit qu’ils étaient intéressés mais… qu’ils n’avaient pas un rond. J’ai eu de la chance, en 90 on commençait à se soucier du bien-être à l’hôpital. Et puis il y a eu un miracle : une subvention d’un million de francs de la fondation Crédit Lyonnais, plus un énorme coup de pouce avec un reportage sur l’association dans Envoyé Spécial. On est devenus sexy ! Nous étions 5 comédiens au lancement, aujourd’hui nous sommes 97.

Quelles sont les qualités pour être clown à l’hôpital ?

Je tiens au côté très pro. Le talent ne suffit pas, je dirai qu’il faut être empathique distancié. On vit des choses difficiles et il faut rester du côté de la joie pour transmettre la résilience aux enfants. Savoir rire, jouer, improviser, oser, doser… Ils sont très suivis sur leur niveau de jeu avec des formations régulières et on est très attentifs à leur bonne santé émotionnelle.

Avez-vous des projets dans de nouveaux services ?

J’ai beaucoup de d’envies et aussi beaucoup de demandes. Tout est question de financement et je préfère privilégier la qualité à la quantité ! Mon rêve est de faire venir à Nancy, et dans toutes les villes où nous sommes présents, un programme monté dans une maternité parisienne. Pas de clown mais de la musique au pied du lit des jeunes mamans 2 jours après leur accouchement. Efficace contre les coups de blues et vous verriez le regard des bébés à ce moment là…

INFOS PRATIQUES

Soirée irlandaise au profit du Rire Médecin

Samedi 17 février

Salle Maringer à Essey-lès-Nancy

Repas-concert avec la Golaye en cuisine et le groupe Potofeu sur scène

Entrée : 25 €

Réservation obligatoire au0658835317

Facebook : Comité Nancy Le Rire Médecin