© DR

Il a 20 ans et une énergie débordante. Le jeune styliste nancéien Fayez Alsidant veut fédérer les créateurs de mode locaux pour organiser une semaine de la mode sur le modèle de la Fashion Week parisienne. La campagne est lancée sur internet pour une première espérée en 2018.

Ce serait un rendez-vous régulier. Attendu chaque année. Bien-sûr, on ne se presserait pas depuis New-York ou Londres, mais la semaine de la mode, telle que l’imagine Fayez aurait tout d’une grande. Défilés, podium, rencontres, tout ce que l’agglomération nancéienne compte d’amoureux de la mode s’y rencontrerait. Un moment de partage, d’échange pour faire connaître les nombreux créateurs et leur donner une visibilité.

Fayez aimerait que les défilés aient lieu à Saint-Max, ville qui l’a soutenu depuis le début. À à peine 20 ans, il ambitionne de faire bouger le monde de la mode à Nancy. Ambitieux ? Sûrement. Rêveur ? Sans doute. Mais Fayez Alsidant garde la tête sur les épaules et ses premiers coups d’essais lui ont donné suffisamment de crédibilité pour continuer dans cette voie, que beaucoup de personnes lui déconseillaient de suivre.

Joyeux surdoué

Créateur de mode ? Et puis quoi encore… semblaient lui répondre ses parents, originaires du Liban et installés en Lorraine. « Mon père tient une boutique de prêt-à-porter, ma mère, ancien mannequin est fan de mode. Moi, la couture m’a toujours intéressé, raconte Fayez. Je cousais en cachette après l’école dans ma chambre. Sans jamais avoir appris, je faisais tout à la main avec des tissus de récup, des rideaux, des nappes. J’ai profité de l’absence de mes parents, partis en voyage au Liban, pour passer la vitesse supérieure et créé ma première collection. » De retour, ses parents assistent à la MJC Bazin il y a deux ans à ce qu’il croient être un simple spectacle. C’est en fait le défilé de la première collection de Fayez. « Eux, qui m’avaient longtemps dissuadé, ont alors été convaincus et m’ont encouragé. » Premier défilé et premier succès. Geneviève de Fontenay lui demande de créer les 7 robes des finalistes de Miss Prestige National un mois seulement après ses débuts.

Sa prochaine collection automne-hiver comptera 30 modèles, il l’a intitulé « Bas les capes!». Son inspiration lui est venue d’une soirée auBallet de Lorraine, étonné de voir les spectateurs si bien apprêtés pour assister au spectacle. « Je les ai observés et j’ai mélangé ça avec les mouvements des danseurs sur scène. Tout me donne des idées en fait », explique ce fan des années soixante-dix, de John Galliano, Jean-Paul Gautier et Elie Saab, libanais comme lui et amateurs des effets de transparence et des matières fluides.

Ne lui manquait plus qu’un endroit où se poser pour faire connaître son travail. C’est chose faite depuis la rentrée, Passage des Arts à Nancy. Fayez Alsidant a voulu que cette petite boutique ait des airs de boudoir, intime, comme un endroit où se faire conseiller, relooker, maquiller. Il y vend sa propre marque Fayez O et d’autres modèles qui lui plaisent.

Culotté, Fayez se fait vite remarquer. Il vient de faire défiler une robe en madeleines de Liverdun à la Fashion Week de Paris, une commande farfelue réalisée comme un défi. C’est discutant avec de nombreux créateurs qu’il a ressenti le besoin de les fédérer. « On a le potentiel, on a le cadre et il n’existe aucun événement autour de la mode à Nancy. Je me suis dit : pourquoi pas ? » Pour faire connaître le projet et en financer les contours, il a lancé une campagne de financement participatif sur internet. La bonne humeur contagieuse, Fayez conclut : « J’espère apporter un peu de joie et de folie dans ce monde tristounet ! »

INFOS PRATIQUES : 

Cagnotte en ligne jusqu’au 28 octobre sur http://www.leetchi.com

Défilé automne-hiver les 25 et 26 novembre

au Château centre culturel de Saint-Max

Tarif : 8 euros

Plus d’infos sur https://www.facebook.com/fayez.alsidant