© DR

La sortie d’un film marqué du sceau des studios Aardman est toujours un événement. D’abord parce que les films avec des personnages en pâte à modeler animés en stop motion est leur marque de fabrique et qu’ils ont au fil des années fabriqué des personnages iconiques aussi divers que Wallace & Gromit ou Shaun le mouton. Alors, forcément, la mise en chantier d’un nouveau projet qui plante son décor en plein paléolithique ne pouvait que susciter une vive curiosité. L’enchaînement des périodes de la Préhistoire est même le prétexte choisi pour dérouler le scénario. Sur le papier, il a tout pour plaire et met en scène l’affrontement de deux tribus rivales. La première, leader incontestée de l’âge de pierre est menacée par la seconde qui se revendique de l’âge de bronze et veut faire main basse sur ses terres. Pour obtenir gain de cause, ils vont se défier dans des épreuves sportives. Le problème, c’est que les assiégés de l’âge de pierre n’y connaissent pas grand chose et s’ils veulent garder leurs biens, il va falloir s’y mettre sérieusement…

Ils ne vont pas avoir trop de Doug, intrépide jeune homme flanqué d’un sidekick aux faux airs de sanglier, pour les tirer de ce mauvais pas. Peut-être que l’on attendait trop de Cro Man. Une heure et demi plus tard, on sort déçu de la balade à l’intrigue linéaire qui promettait pourtant d’enchaîner les gags caustiques et bien sentis comme des montagnes russes. Sympathique, oui, mais moins Aardman… qui garde pourtant, à défaut d’une longueur d’avance (souvenons-nous de Chicken Run), un positionnement à part. Si on ne retrouve pas la vista des grands jours du studio à l’écriture, la prouesse technique à l’image reste indéniable et devrait enchanter les amoureux de la technique. Sur le même sujet, on lui préférera Les Croods, qui voyait une famille d’hommes des cavernes s’écharper joyeusement et en 3D, sorti en 2013 dans les salles. Un projet, qui, ironie du sort, était prévu pour être développé chez Aardman avant d’atterrir chez Dreamworks…

Sortie le 7 février