© DR

Dans une des toutes premières scènes du film, l’héroïne ado de Lady Bird saute de la voiture en marche, conduite par sa mère, pour échapper à ses sermons… C’est entendu, Christine, lycéenne, en a assez que sa famille décide pour elle et tienne absolument à la faire rentrer dans des cases. Partout où elle va, elle se fait appeler « Lady Bird ». En manque de reconnaissance sociale, elle s’échine à devenir quelqu’un. Ce que veut Christine (Saoirse Ronan), c’est aller à New-York et entrer dans une prestigieuse université, n’en déplaise aux autres…

On connaissait Greta Gerwig comme la muse de Noah Baumbach. Présente dans bon nombre de ses films, dont Frances Ha et Mistress America, qu’elle a co-écrits, on réalise soudain qu’il y avait sans doute beaucoup de Gerwig dans les films de Baumbach. Première réalisation et premier script en solo, Lady Bird fait exploser le carcan du film « coming of age » comme pouvait le faire Boyhood (2014), à sa manière. Un récit d’apprentissage et d’expérience qui voit grandir son héroïne qui rêve à un destin plus grand que celui qui lui était promis sur le papier. Un grand classique des films et des séries qui se distinguent surtout lorsqu’ils sont imprégnés des obsessions de leurs auteurs. Bien écrit et efficacement monté (rien ne paraît forcé dans l’expression du temps qui passe), le film enchaîne les passages obligés du genre pour mieux faire ressortir les prises de conscience de l’héroïne. Au fil de son parcours, Gerwig développe des personnages archétypaux qui se révèlent différents de l’étiquette que l’on s’apprêtait à leur coller ou évoluent suffisamment discrètement (le père, dépressif, en retrait) pour laisser infuser dans le long-métrage des sentiments encore plus authentiques. Jusqu’à l’une des plus belles scènes du film qui se concentre sur la mère de l’héroïne qui laisse exprimer toute sa frustration d’avoir tant perdu de temps à échanger avec sa fille, en restant constamment sur la défensive. Bouleversant.

Sortie le 28 février Un lm de Greta Gerwig Durée : 1 h 33

Note : 16/20