© Paul & Martin

Elle a connu un début de carrière fulgurant et son deuxième album confirme le succès du premier. La jeune fille en col Claudine a laissé place à une conquérante pop qui a placé Nancy en tête de sa tournée des Zéniths de France. Rencontre.

Vous avez conquis le monde en à peine deux ans. Tout est allé très vite qu’est-ce qui a changé depuis vos premiers pas devant le public ?

C’est vrai que tout s’est enchaîné, le disque, la tournée… On a fait plus de 200 concerts, c’était beaucoup de travail et j’étais un peu dans une bulle. Pour le deuxième album, je me suis mis un peu plus de pression. Forcément quand le premier a bien marché, il y a une attente et on a envie que le second plaise autant. Zanaka et Souldier sont les deux volets d’un même tome. Ils portent un message différent avec le même genre d’influences musicales. Les choses sont aussi plus faciles pour moi aujourd’hui, je peux me permettre d’être moins présente en promo notamment et j’ai plus de temps pour me poser et pour me consacrer à d’autres projets encore secrets.

Après un tel succès est-ce difficile de retrouver l’inspiration ?

Je n’ai jamais arrêté d’écrire et Souldier a d’ailleurs été composé pendant la première tour- née. J’avais envie de raconter une autre partie de mon histoire, d’aller un peu plus loin. Ce n’est pas parce que mes chansons sont optimistes et dansantes qu’elles sont légères. La chanson Souldier qui m’a inspiré l’album est née après la fusillade dans un bar gay d’Orlando. Ces dernières années, on a aussi vécu des choses difficiles en France et j’ai eu envie de faire passer un message plus engagé.

Votre personnage a lui aussi évolué ?

Après Zanaka – qui veut dire enfant en malgache –, je voulais montrer un personnage plus combatif. Une femme forte en tenue d’armée funky, un peu pop ! Comme mon col Claudine, j’ai trouvé mon nouvel uniforme chez Agnès B. Il résume bien mon combat : vaincre le pessimisme avec des messages joyeux. J’aime transformer le négatif en positif.

Avant d’entamer votre tournée des zénith français vous avez tourné aux Etats-Unis, comment avez-vous été accueillie ?

On a rodé le live aux Etats-Unis dans des petites salles. C’était assez intimiste et vraiment génial au niveau de l’accueil. Les gens étaient vraiment curieux de découvrir autre chose que de la pop américaine. Cela nous a per- mis de travailler la scénographie et de réaliser que cet album résonne bien en live et prend toute son ampleur sur scène. J’ai hâte de rencontrer le public français. Sur la précédente tournée nous n’avions fait qu’un Zénith. Là, nous en enchaînons plus d’une vingtaine, je suis hyper contente !

INFOS PRATIQUES :

Samedi 2 mars au Zénith de Nancy à 20 h

Tarifs : de 40 à 50 €

Et aussi le 23 mai à Dijon et le 14 juin à Strasbourg

http://www.label-ln.fr

ou http://www.jain-music.com