© Laurence Labat
11 millions d’albums vendus et une popularité intacte des deux côtés de l’Atlantique : Roch Voisine nous confie son enthousiasme, le même qu’à ses débuts, il y a trente ans. Entre les ballades qui ont fait son succès et ses nouvelles chansons, c’est à Ludres qu’il débute sa tournée française.
Vous sortez votre 22e album, annoncé comme différent des 21 précédents. Qu’a-t-il de particulier ?

Roch Voisine  Aucun de mes albums ne se ressemble mais c’est vrai que Devant nous a une touche originale. Il a un son pop bien dans son temps. Sans vouloir suivre la mode, j’ai essayé de m’adapter à ce qui tourne à la radio. J’écoute beaucoup de choses comme Coldplay, Maroon 5, Train… et j’ai essayé de me retrouver moi-même dans ce genre que j’aime. Ce genre de pop, ces sonorités je me les suis appropriées et cet album me ressemble. L’autre différence, c’est surtout une adaptation aux nouvelles façons
de consommer la musique. Des chansons plus courtes, un format plus adapté à la radio. Si tu ne passes pas à la radio, les gens ne savent pas que tu existes !

Vous êtes un habitué du succès, un nouvel album c’est toujours un défi ?

C’est toujours une remise en question, à chaque fois on repart de zéro avec l’angoisse de la page blanche et de la panne d’inspiration. Mais j’ai encore des choses à dire alors ça va ! On me connaît beaucoup pour mes chansons d’amour, même si j’ai écrit sur plein d’autres thèmes, et dans cet album je suis allé vers des questions plus existentielles : la peur de demain, la tolérance ou encore l’angoisse de vieillir.

C’est quelque chose qui vous inquiète ?

J’ai 53 ans alors, oui, je peux le dire c’est chiant de vieillir ! D’un côté on se dit qu’on gagne en sagesse, qu’on se bonifie comme le vin mais avouons-le, c’est pas drôle de vieillir. Je crois que cette chanson, écrite par un de mes copains au Québec, va parler à beaucoup
de monde.

« JE SAIS CHANTER AUTRE CHOSE QUE L’AMOUR ! »

31 ans du carrière et un énorme tube, Hélène, on doit toujours vous en parler. Ça vous agace ou ça vous fait plaisir ?

C’est surtout les médias qui me ramènent toujours à cette chanson… C’est un peu injuste, j’en ai écris 360 autres et par facilité on me résume à celle là. Aujourd’hui je le vis plutôt bien, mais ça n’a pas toujours été le cas. Ce succès, je l’ai traîné comme un boulet. Sortir quelque chose après un tel succès ce n’était pas évident, ça m’a bouffé la vie un certain temps. J’ai même fait des concerts sans la chanter et d’autres où je la jouais en premier pour m’en débarrasser. Maintenant c’est différent, j’ai réalisé qu’on était au delà d’un simple succès. On a tous une histoire, des moments de vie autour de cette chanson. C’est presque devenu u hymne de ralliement et sur scène c’est un moment de communion avec mon public. Et puis je suis toujours là 30 ans après, alors ça va…

Vous entamez une grande tournée en France, la scène vous aimez ça ?

J’aime beaucoup l’adrénaline de la scène et j’ai encore beaucoup le trac lors des premières dates. Mais j’adore le public européen. C’est un public très démonstratif et chaleureux qui participe vraiment au concert contrairement au public américain qui est plus froid et timide. Ma tournée précédente, avec Garou et Corneille, était une grosse machine, là je reviens en solo entouré de jeunes et très bons musiciens. Ces retrouvailles avec mon public seront simples et intimes. J’ai hâte…

INFOS PRATIQUES :

Vendredi 12 janvier à 20 h

Espace Chaudeau à Ludres

Tarifs : de 36 € à 46 €

www.label-ln.fr