Patrimoine Fleville
Un lieu hors du temps, à moins d’un quart d’heure de la place Stanislas
© EDG

Il se dresse, aussi fier qu’un château de la Loire, au centre du village. Le château de Fléville, petite merveille de la Renaissance trop méconnue, inaugure sa saison estivale le week-end de Pâques. Visites en costumes pour le plus jeunes, flânerie à volonté dans les jardins, il est une invitation au rêve pour un moment hors du temps.

Pour la plupart, il se résume à un panneau sur la voie rapide qui mène aux centres commerciaux du sud de Nancy. Il suffit pourtant de quitter cette route principale, de faire ce pas de côté pour se retrouver à la campagne. Avec le printemps qui réveille les plantations du parc, la nature bourdonne et résonne avec la culture. Car dès les premiers pas dans la grande allée centrale, le moyen-âge vous observe, la Renaissance vous accueille.C’est vrai qu’il en impose, le château de Fléville. Étonnamment épargné par les ravages du temps, il est aujourd’hui un des principaux joyaux architecturaux de Nancy et des environs. Son intérêt est décuplé par sa discrétion. Moins connu que le château des Lumières de Lunéville, il révèle ses secrets au grand public lors de visites originales.

Dix siècles d’histoire de la Lorraine dans un écrin de verdure

« Nous n’avons pas voulu en faire un simple musée, explique Marie-Charlotte de Lambel, la maîtresse de lieux. Nous avons préféré le faire découvrir tel qu’il a toujours été : une demeure familiale. » Il faut le reconnaître, les premiers instants à l’intérieur des murs donnent une étrange sensation d’être « chez » quelqu’un. Chez la famille de Lambel, précisément, propriétaire du château depuis deux siècles. C’est en 1956 que Thierry de Lambel décide d’ouvrir les lieux au public. « Quatre familles seulement, ont occupé le château depuis sa construction, ce qui explique son exceptionnel état de conservation, raconte Marie-Charlotte de Lambel. » Dix-sept pièces sont aujourd’hui ouvertes aux visiteurs, notamment la fameuse salle des Etats de Lorraine avec son décor de blasons peint en 1853, le salon 18e et ses tapisseries au Chinois, la chapelle néogothique, la chambre de Stanislas… Autant de pièces richement meublées qui permettent une belle immersion dans le passé. Des mannequins en costumes prennent la pose, les tables sont dressées, on prendrait volontiers place pour un brin de causette avec la comtesse.

Pour plus de réalisme, les plus jeunes visiteurs peuvent jouer les princesses et les chevaliers en louant un costume – vraies reproductions d’époque – à l’entrée du château. « Nous voyons parfois arriver des petites filles peu motivées ou turbulentes, s’amuse Marie-Charlotte de Lambel. Dès qu’elles enfilent leur robe, c’est la métamorphose : elles marchent calmement, gracieusement et se comportent en princesses ! » Les jardins du château sont l’autre trésor à ne pas rater. Ils seront particulièrement mis à l’honneur cette année, avec une grande exposition. À partir de juillet, « Rêves de jardin » présentera pour la première fois le plan original du parc à l’anglaise dessiné par

Choulot au 19e et sur de grands tableaux extérieurs, le jardin tel qu’il était au 18e siècle, jardin à la française avant de devenir jardin romantique.

Les 20 hectares offrent un havre de paix, dont le visiteur peut profiter toute la journée s’il le souhaite. C’est aujourd’hui un parc classé monument historique. Pour découvrir le château de façon encore plus originale, des visites nocturnes seront proposées cet été, avec des guides en costumes. Les façades et l’intérieur seront éclairés à la bougie comme à l’époque et la visite se fera à la lueur des chandelles…

INFOS PRATIQUES

Réouverture au public le dimanche 16 et le lundi 17 avril

Week-ends et jours fériés de 14 h à 19 h et tous les jours en juillet-août.

Tarifs : de 6 € à 9,50 €.

Gratuit pour les moins de 6 ans

www.chateaudefleville.com