Dépasser le langage de la photo grâce à la réalité augmentée. Voilà le défi relevé par Going Nowhere, la nouvelle exposition à la MJC Bazin. Une immersion philosophique dans un festival libertaire espagnol inspiré du Burning man américain.

Tout est grandiloquent, lumineux, très visuel. Tout est aussi philosophique, réfléchi. En découvrant il y a deux ans le festival Nowhere en Espagne, Eva Barbara, photographe originaire de Commercy, et Kash Yopé, artiste numérique bruxellois, se sont dit qu’ils devraient un jour témoigner de cet espace de liberté. Le principe du festival est simple : partir dans le désert avec eau et provisions pour plusieurs jours de fêtes et de rencontres. Aux Etats-Unis, depuis 1986, le festival Burning Man rassemble ainsi 50 000 participants. Plusieurs mil­liers de personnes se retrouvent désormais chaque été lors du petit frère espagnol, Nowhere, qui a lieu dans le désert de Monegros près de Saragosse.

« En revenant de mon premier festival, je n’ai jamais réussi à bien expliquer le concept. Il faut le vivre pour le comprendre. Ce festival a changé ma vie, à commencer par ma rencontre avec Kash. C’est aussi là-bas que j’ai eu le déclic, l’envie de me consacrer à ma passion : la photo. Restait à trouver un moyen d’en témoigner, ce qui n’est pas facile car un des principes des « burners » – comme on appelle les participants de ces festivals – c’est de ne pas laisser de traces. J’ai obtenu l’autorisation de faire des photos à condition de respecter les principes de consentement et de non commercialisation du festival et nous avons pu travailler l’édition suivante pendant une dizaine de jours. » Il en ressort une série d’images entre scènes de rencontre et portraits comme cette mariée italienne aux faux airs d’indienne.

L’originalité : chaque photo est associée à un flash-code qui permet d’en augmenter la réalité. Grâce à un application développée par Kash Yopé, l’immersion dans les photos est prolongée par des sons, de la vidéo, des témoignages, des animations en 3D : « L’idée est d’aller au-delà de l’image pour en savoir plus, d’offrir au cliché un second langage ». En s’appuyant sur un thème pour le moins original et décalé, Going Nowhere propose ainsi une nouvelle approche des expositions photos. « Plus personne ne prend le temps de lire les cartouches dans les expos ou les musées, explique Kash, et pourtant nous sommes toujours en quête de plus d’informations. La réalité augmentée est la solution idéale ». La formule magique qui permet de regarder au-delà de l’image.

INFOS PRATIQUES :

Du 11 janvier au 22 février

Galerie Z, MJC Henri Bazin

Entrée libre

http://www.mjcbazin.com et http://www.evabarbara.com