© DR

Le Livre sur la place, le rendez-vous nancéien des amoureux du livre célèbre cette année sa 40e édition. La modeste réunion d’auteurs des débuts est devenue incontournable dans le paysage culturel, et même le premier salon de la rentrée littéraire. L’édition 2018 s’annonce exceptionnelle.

Pas de rentrée sans ses affiches, pas de retour de vacances sans son effervescence mesurée. Le Livre sur la Place donne depuis 1979 la pulsation de la saison culturelle à Nancy. Rendez-vous des auteurs les plus en vue du moment, l’événement est à la fois un grand salon où l’on cause, une grande librairie où l’on feuillette et l’on achète (encore) des livres. Savant équilibre entre moment populaire – l’entrée du salon est toujours gratuite – et exigence intellectuelle, le Livre sur la Place a su trouver un public fidèle et varié, avec près de 150 000 visiteurs par saison.

Pour sa 40e édition, le Livre sur la Place a vu les choses en grand, à commencer le parterre prestigieux des invités. Pour la première fois de son histoire, le salon accueillera la totalité des membres de l’académie Goncourt, de Bernard Pivot à Eric-Emmanuel Schmitt
en passant par Françoise Chandernagor, qui se réunissent à Nancy pour annoncer en
avant-première la première sélection – quin­ze
noms – en lice pour le prix Goncourt. Au total, plus de 100 rencontres et entretiens rythmeront les trois jours du salon. Stars du polar, comme RJ Ellory, ou stars de l’édition francophone comme Marc Levy ou Guillaume Musso, ou stars de la BD comme Joann Sfar, les 600 auteurs invités couvrent tous les domaines de l’édition. on notera la présence exceptionnelle de Salman Rushdie, venu pré­senter son nouveau roman. Le célèbre intellectuel, auteur des Versets Sataniques, symbole de résistance contre l’intégrisme religieux fait l’aller-retour des États-Unis pour venir à Nancy.

La 40e édition ne pouvait pas passer à côté d’un hommage appuyé à Jean d’Ormesson, disparu en décembre dernier. Fidèle dès les premières années du Livre sur la Place, l’académicien détenait également le record des participations aux entretiens avec Françoise Rossinot (lire notre interview page suivante), commissaire générale du salon.

Françoise Rossinot : « C’est mon dernier Livre…»

Elle a commencé à couvrir le Livre sur la Place en tant que journaliste, l’a vu grandir avant d’en prendre les rênes en 2011. Françoise Rossinot achève sa mission cette année avec la perspective d’une édition historique.

En 39 ans, le Livre sur la Place est devenu LE rendez-vous incontournable de la rentrée littéraire. Qu’est-ce qui fait son succès ?

J’étais là à la première édition, en 1979, que j’ai couvert comme journaliste et dès le départ il y avait quelque chose. Autour de la vingtaine d’auteurs installés sous l’Arc Héré, les nancéiens ont tout de suite répondu présent et les partenaires des débuts – la ville de Nancy, les libraires et l’Académie Goncourt – sont toujours là aujourd’hui. Le Livre, c’est une très jolie histoire que j’ai vu évoluer en y prenant autant de plaisir que de responsabilités. Quand j’en ai pris le commissariat général, en 2011, nous étions à un tournant, le salon devait évoluer. Avec les libraires, nous en avons fait un salon de programmation et de rencontres au-delà des dédicaces. Cela fait sa différence et explique une partie de son succès. C’est aussi l’un des rares salons littéraires qui soit gratuit. C’est une volonté forte que l’accès aux livres et à la culture soient gratuits.

 Un souvenir marquant ?

Impossible de faire un choix tant les rencon­tres ont été variées et passionnantes. Cha­que année a son lot d’instants de grâce. Je me souviens de ma première rencontre avec Jean d’Ormesson en 1982, j’étais assez impressionnée de voir “en vrai” l’auteur de Mon dernier rêve sera pour vous, succès de cette année, que j’avais eu entre les mains, quelques jours plus tôt dans la librairie de mon père. Cette nouvelle édition s’annonce riche en émotions. Les Goncourt nous font le cadeau de quitter Drouant pour la première fois et annoncer leur sélection à Nancy, des auteurs rares seront présents. J’ai hâte !

C’est votre dernière édition en tant que commissaire générale du Livre sur la Place, n’avez-vous pas un petit pincement au cœur ?

Pour l’instant non, peut-être parce que je suis encore dans l’organisation de l’événement. C’est un immense morceau de ma vie que je ne quitterai pas tout à fait… Déléguée générale de l’Académie Goncourt, avec pour mission de faire connaitre l’Académie à l’étranger, je resterai quelques mois dans les bureaux du Livre sur la Place 2019 pour assurer la transition en douceur.

 

Nos temps forts

Une pléiade de stars au rendez-vous

Avec une ouverture en forme d’hommage à Jean d’Ormesson, une clôture orchestrée
par Isabelle Adjani et Lambert Wilson, la 40e édition du Livre sur la Place affiche
un plateau d’exception. Autour du grand chapiteau de la place de la Carrière,
c’est toute la ville qui se met à la page.

C’est Héloïse d’Ormesson, la fille de l’académicien qui a sélectionné les textes se son père, dont un extrait de son tout dernier livre à paraître. Ils seront lus, lors de la soirée inaugurale le 6 septembre à l’Opéra National de Lorraine par Alice Taglioni, actrice très appréciée de Jean d’Ormesson, qui s’accompagnera elle-même au piano.

L’Opéra accueillera le lendemain, comme chaque année, les émissions culturelles pha­res de France Inter toujours en public et gratuitement. Ultra populaire mais très rare dans les salons littéraires, Guillaume Musso se li­vre­ra au jeu de l’entretien dans les salons de l’Hôtel de Ville le 7 septembre. Genre préféré des lecteurs français, le polar aura une place de choix, le samedi… au tribunal administratif qui accueillera en ses murs une série de rencontres sous le signe du mystère et du suspense. C’est un duo prestigieux qui donnera la traditionnelle lecture de clôture. Isabelle Adjani et Lambert Wilson se mettront dans la peau de Maria Casarès et Albert Camus pour des extraits de leur correspondance.

Trois rendez-vous :

Alice Taglioni lit Jean d’Ormesson : jeudi 6 septembre – 19h30 à 20h30 – Opéra national de Lorraine

Entretien avec Amélie Nothomb : vendredi 7 septembre – 14h00 à 14h30 – Forum littéraire

Carte blanche à Philippe Claudel de l’Académie Goncourt : vendredi 7 septembre – 16h30 à 17h30 – Palais du gouvernement

INFOS PRATIQUES:

Du 6 au 9 septembre

Chapiteau place Carrière

Retrouvez le programme complet sur

Accueil