Émilie du Châtelet par Quentin de La Tour
© CCTLB

Une grande exposition rend hommage à Lunéville à l’une des plus célèbres femmes du siècle des Lumières. Personnage de sciences, d’art et d’élégance, incontournable à la cour du roi Stanislas, Émilie du Châtelet incarne la modernité. Visite en avant-première de l’exposition dans l’espace rénové de l’Hôtel Abbatial, nouveau lieu muséal de la ville.

C’est un lieu d’histoire, resté trop longtemps dans l’ombre du grand frère, le Château de Lunéville. Jean-Louis Janin Daviet nous accueille dans les beaux volumes de l’Hôtel Abbatial. Passionné par l’histoire du 18e siècle, en charge des affaires culturelles de Lunéville, il est le commissaire de l’exposition « Émilie(s) ». Depuis un an, il ne quitte quasiment pas les lieux, comme s’il aménageait son propre intérieur. « L’idée était de rénover l’endroit en s’inspirant de l’univers d’Émilie du Châtelet, explique Jean-Louis Janin Daviet. Le bâtiment d’origine a été achevé l’année de sa mort. Nous avons fait le pari, que si elle avait pu y venir, cet hôtel particulier aurait ressemblé à celui que nous venons de finir d’aménager. »

Cet écrin était donc tout désigné pour accueillir l’exposition phare de l’année 2017. Notez le « s » à la fin du prénom Émilie. Tout est dans ce pluriel, cette diversité des visages qui définissent cette femme, une des plus grandes intellectuelles de son temps. Dans la préface du catalogue, signée Élisabeth Badinter ce dont le commissaire de l’exposition est très fier on peut lire : « Au paradis des intellectuelles (…) Émilie du Châtelet doit se réjouir de voir Lunéville se mettre en fête pour elle (…) cette femme hors pairs dans le monde des savants et hors norme dans son milieu social, fut l’objet de tous les sarcasmes durant sa vie et après sa mort. »

À la rencontre de la première femme de sciences de France

L’exposition aborde la passion de l’intellectuelle pour la science à travers la reconstitution d’un véritable cabinet des sciences grâce au prêt de magnifiques objets du 18e siècle. Sa passion des arts est dévoilée grâce à l’élégance des décorations de ses appartements : meubles de grands ébénistes, faïences, et argenterie. Pour rappeler son goût pour la musique, l’exposition présente un salon de musique baroque avec ses instruments d’époque, harpe et clavicorde. L’élégance féminine, enfin, vient couronner la visite, avec la présentation de coiffures ou de robes, modèles à la française de 1747 comme les aimait Émilie, qui était aussi l’une des premières fashionistas !

Plus de 500 objets différents, la plupart de collections privées, sont présentés pour la première fois au public. « Pour cette exposition, tout est dans les détails. Chaque pièce représente une facette de cette femme qui était un OVNI pour son époque, explique Jean-Louis Janin Daviet. Nous avons eu la chance de pouvoir travailler à partir de l’inventaire de ses biens et grâce aux factures de ses achats nous pouvons proposer une reconstitution très précise d’un appartement à ses couleurs bleu et jaune qui lui ressemble parfaitement. » Au détour d’un escalier, derrière une porte décorée, la visite de l’exposition plonge le visiteur dans un voyage au siècle des Lumières.
L’illusion est si parfaite qu’on s’attend à tomber nez-à-nez avec Émilie et Voltaire en leur domaine. Les dernières pièces continueront d’arriver des quatre coins du monde jusqu’à l’ouverture au public. Comme ce portrait de Stanislas, que le
commissaire de l’exposition attend avec impatience, en provenance de New-York, comme si Lunéville devenait pour quelques mois le centre du monde des Lumières. Comme un pied de nez à l’histoire qui fait dire à Elisabeth Badinter de l’exposition qu’elle résonne comme « une belle revanche pour la Divine Émilie ».

Demandez le programme !

Exposition Émilie(s) à l’Hôtel Abbatial de Lunéville

De 27 mai au 30 septembre

Entrée libre


Visites costumées gratuites pour les petits

Roi ou chevalier, marquise ou princesse : les enfants pourront visiter l’exposition, sans leurs parents, pour un voyage au 18e siècle.

Pour les enfants de 4 à 10 ans, sur réservation*

Les mercredis 7 juin, 12 juillet, 2 août et 13 septembre à 15 h


Visites aux chandelles

Découvrez un univers magique, une exposition sous un autre angle : à la lumière d’une flamme.

Les samedis 27 mai, 24 juin, 29 juillet, 26 août et 23 septembre à 21 h

Sur réservation uniquement*

Tarif : 3 €

Issé, opéra baroque

Trois représentations exceptionnelles : vendredi 2 et samedi 3 juin à 20h et dimanche 4 juin à 15 h

Théâtre de Lunéville

Tarifs : de 10 € à 15 €

www.delunevilleabaccarat.fr

*Maison du Tourisme du pays du Lunévillois

Tél. 03 83 74 06 55