© DR

 

Après les illuminations de la Cathédrale et du cloître des étés derniers, Toul propose un tout nouveau son et lumière cinq soirs par semaine pendant la saison estivale. 22 minutes de rêverie signées Damien Fontaine, un des plus grands spécialistes du genre en France.

Il fallait un beau décor. La ville de Toul n’en manque pas et a su au fil des années mettre en valeur son patrimoine par des mises en lumières réussies. En 2017, c’est l’arrière de l’Hôtel-de-Ville et ses jardins qui s’apprête à devenir l’écrin d’un nouveau spectacle original. Comme dans un théâtre végétal avec pour scène les murs du bâtiment arrondis, les projections inviteront le public dans un voyage de plus de 20 minutes à mi-chemin entre la magie, l’histoire et le rêve.

C’est à la nuit tombée, chaque fin de semaine à partir du mercredi que le public prendra place sous les arbres. Le spectacle a été pensé comme un tour de magie, à destination de tous. À cette heure où la chaleur s’estompe, où les esprits s’apaisent, les « son et lumière » ont depuis de nombreuses années réussi à devenir des spectacles incontournables dans de nombreuses villes. La voisine Nancy fait le plein tous les soirs d’été avec ses Rendez-vous place Stanislas. Là où la cité des ducs joue sur le tout minéral, celle des évêques apporte un touche végétale, avec sa grande esplanade en pelouse. La façade arrière du bâtiment qui surplombe les jardins est parfaitement adaptée à des projections lumineuses avec son avancée polygonale coiffée d’un dôme. L’architecture de l’ancien palais épiscopal est inspirée de celle du château de Vaux-le-Vicomte. Dans cette symétrie parfaite, l’œil est attiré par la demie rotonde couverte par le dôme, aujourd’hui salle des mariages, et qui était jadis l’auditorium de l’évêque.

Une mise en valeur de l’histoire et du patrimoine

Derrière ces murs, le mystère. Celui de l’histoire d’une cité, racontée par touches successives lors du nouveau spectacle estival. Le choix de son nom « La chambre des merveilles » n’est pas un hasard. Il rappelle les cabinets de curiosités du siècle des lumières, qui préfigurent ce que seront les musées. Dans ce cabinet aux dimensions géantes, les lasers et les haut-parleurs racontent l’histoire touloise mais font aussi une incursion dans le monde de l’imaginaire avec des scènes plus abstraites, plus graphiques.

 

Aux manettes de ce nouveau spectacle, un spécialiste du genre, le compositeur et metteur en scène natif de Nancy, Damien Fontaine. Il est aujourd’hui l’un des meilleurs dans ce nouvel art, lauréat par quatre fois du Trophée des Lumières de la ville de Lyon, pour ses créations monumentales dans le cadre de la célèbre Fête des Lumières, et mondialement connu. Il est aussi le réalisateur du plus grand spectacle multimédia jamais donné en Europe, sur le parlement de Bucarest en 2014. Un artiste qui a développé un savoir-faire unique où les technologies visuelles d’avant-garde se mêlent à l’intime.

Avec comme pivot ce nouveau spectacle ambitieux, la ville de Toul compte bien asseoir sa place de destination estivale en Lorraine. Avec comme coup d’envoi le festival du Jardin du Michel qui a réussi sa première édition dans la cité épiscopale, la ville entend rythmer son été avec de nombreuses visites, commentées ou en nocturne (à la lampe de poche !), mais aussi des rendez-vous musicaux ou des feux d’artifices. Comme un clin d’œil à cette belle activité, le Tour de France fera même un passage dans la cité épiscopale le 4 juillet ! Quand on vous dit que, cet été, Toul est incontournable…

INFOS PRATIQUES

Les mercredis, jeudis, vendredis, samedis et dimanches

Jusqu’au 17 septembre (sauf le 16 juillet) dans les jardins de l’Hôtel de ville

Horaires : juillet séance à 22 h 45,

août séance à 22 h,

septembre séance à 21 h 30.

Entrée gratuite

www.toul.fr