Il est devenu en 34 ans d’existence l’un des salons de la gastronomie les plus réputés de France. Le Salon des vins et des produits du terroir de Toul donne le coup d’envoi du printemps des gourmands en présentant des spécialités de toutes les régions en présence des producteurs. Avec cette année, un anniversaire de circonstance : les 20 ans de l’AOC Côtes de Toul.

Il a trouvé dans la salle de l’Arsenal, ouverte il y a cinq ans, un écrin idéal pour accueillir un nombre toujours croissant de visiteurs. Le Salon des vins et de la gastronomie de Toul s’apprête cette année à atteindre les 6 500 entrées payantes sur les trois jours de la manifestation. Pour 5 euros, un verre à dégustation offert, le visiteur a droit à un voyage au cœur des régions de France, comme un flânerie dans le monde viticole français et ses terroirs gourmands. L’Arsenal se transforme pour l’occasion en un gigantesque cellier de tout premier choix où 63 viticulteurs récoltants venus de toute la France et de pays voisins (Allemagne, Hongrie, Géorgie) reçoivent les amateurs de bons vins en tête à tête pour partager leur passion et proposer les appellations les plus prestigieuses. « La notoriété de ce Salon dépasse depuis longtemps la ville de Toul et ses environs, explique Alde Harmand, maire de Toul et partenaire du Salon. Sa particularité est que chaque producteur est présent sur le Salon, ce qui n’est pas le cas ailleurs. Ceux qui fabriquent les vins sont ceux qui en parlent le mieux et nous tenons à ce que le Salon garde cette exigence, appréciée d’ailleurs par les producteurs qui sont toujours plus nombreux à poser leurs candidatures pour participer au Salon. »

Grand angle 63 vignerons pour un salon de réputation nationale

Toutes les régions de France sont ainsi représentées du Sud-Ouest à la Loire en passant par les côtes du Rhône. L’idée étant de présenter un échantillon le plus représentatif, comme une photographie du monde de la vigne aujourd’hui en France. Sans oublier d’accompagner dignement ces vins avec des spécialités de différents terroirs : biscuits d’Alsace, tapenade et huile d’olive du Var, charcuteries de Haute-Saône ou miel des Ardennes. Un traiteur toulois proposera également une restauration sur place, conviviale et abordable, à base de produits locaux. Plusieurs food-trucks ouvriront l’horizon vers les Antilles ou l’Italie pour une restauration sur le pouce.

Comme il le fait depuis plusieurs années, le Salon sait en effet pousser sa curiosité en dehors de nos frontières avec notamment la présence pour l’édition 2018 d’un producteur géorgien pour la première fois. D’après de nombreuses recherches archéologiques, c’est dans cette région du Caucase que sont datées les plus anciennes traces de la culture de la vigne. C’était il y a 8 000 ans… La Géorgie est aujourd’hui riche de près de 500 cépages, ce qui est énorme pour un petit pays qui fait encore vieillir ses récoltes dans des amphores selon des méthodes ancestrales, technique qui lui a valu un classement au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Plus près de nous et moins ancien, c’est l’AOC Côte de Toul qui devrait être la star du Salon. C’était à l’origine la raison d’être du Salon : faire connaître la production locale et des vins qui n’ont cessé au cours des décennies de gagner en qualité et en renommée. Au point d’obtenir, il y a 20 ans tout juste, l’appellation d’origine contrôlée dont on célèbre cette année l’anniversaire. « Aucun producteur du Toulois ne raterait le Salon pour rien au monde, explique Stéphane Vosgien, viticulteur à Bulligny et président de l’Organisme de Défense et de Gestion des Côtes de Toul. C’est une très belle occasion de rencontrer en un seul endroit tous les gens qui nous entourent. Nous réservons cette date chaque année pour présenter solennellement le nouveau millésime. Cette année, il prend une saveur particulière car il s’agit du vin des 20 ans. Nous espérons à nouveau faire de belles rencontres auprès du grand public. Ce Salon sera un des temps forts de notre année de célébration, car il ne faut pas oublier qu’il a participé pleinement à la réussite de notre appellation et au fait que les Toulois se sont aujourd’hui bien réapproprié leurs vignes et leur vin. » Toute la ville de Toul se met pendant trois jours au diapason gourmand du Salon. Et l’activité économique s’en ressent  : « Pendant presqu’une semaine, les hôtels et les chambres d’hôtes affichent complet, rappelle Alde Harmand. C’est une très belle vitrine touristique pour notre ville, avec une clientèle fidèle mais qui sait se renouveler. La réputation du Salon est aujourd’hui nationale. »

3 questions à…

Bernard Lagrange, 

président du Comité des Fêtes

La 34e édition du Salon des vins et des produits du terroir s’apprête à ouvrir ses portes, quelle est la recette de sa longévité ?

C’est un salon qui a su évoluer au fil des années. Créé à l’origine par la Jeune Chambre Économique pour promouvoir les vins de Toul, il s’est vite ouvert aux autres régions et même aux autres pays producteurs de vins. Il y a trois ans, nous y avons ajouté les produits du terroir qui offrent une belle balade viticole et gastronomique aux accents aussi divers que les hommes sont différents et les produits variés. Cette année nous comptons 63 exposants viticoles et une dizaine de producteurs venus de toute la France.

Il est plébiscité à la fois par les visiteurs et les viticulteurs, c’est rare ?

Pour les viticulteurs c’est désormais un rendez-vous incontournable et ceux qui ont un stand se le transmettent de famille en famille ! Le salon de Toul est réputé dans toute la France et beaucoup de nouveaux viticulteurs frappent à la porte chaque année. Pour les visiteurs, c’est un moment particulier où ils peuvent rencontrer les producteurs de vins et pas juste des revendeurs. C’est une vraie rencontre avec les vignerons, leur histoire, leur vin et leur métier.

Quelles sont les nouveautés de cette édition ?

Nous avons à cœur de proposer des nouveautés et des curiosités à chaque édition. Cette année, nous accueillons pour la première fois un vigneron géorgien par exemple. Côté gastronomie les visiteurs auront plus de choix. Avec deux façons de se restaurer et à toute heure : pour les plus pressés en mode food-truck avec des plats antillais, italiens… Et pour les autres, au restaurant avec les produits de la ferme et du terroir, proposés par le Domaine des Templiers à Bruley.

INFOS PRATIQUES :

Vendredi 6 avril de 14 h à 20 h, samedi 7 avril de 10 h à 20 h et dimanche 8 avril de 10 h à 18 h,

Salle de l’Arsenal et Espace Dedon à Toul

Tarif : 5 € donnant droit à un verre pour la dégustation des vins et la participation à la tombola.

34ème Salon des Vins