© Relaxnews / David Bénard

(Relaxnews) – C’est dans le cadre du salon Viva Technology, qui se déroulera du 16 au 18 mai 2019 à Paris, que Citroën va présenter son nouveau concept-car 19_19, préfigurant la voiture électrique et en partie autonome de demain. Romain Gauvin, son designer, et Frédéric Duvernier, le responsable des concept-cars Citroën, reviennent sur ce projet, qui leur a pris plus d’un an.

Quel a été le cahier des charges pour développer ce concept-car particulièrement innovant ?

Romain Gauvin : Le thème qui s’est rapidement dégagé était de faire une voiture de Grand Tourisme, la plus spectaculaire et non conventionnelle possible. J’ai alors pensé à André Citroën, qui n’était pas quelqu’un de nostalgique, qui n’aurait pas voulu faire le « revival » d’une voiture ancienne, et comment lui aurait vu l’automobile du futur : si on avait inventé l’automobile en 2019, quel objet aurait-il fait ?

Frédéric Duvernier : Il ne se serait pas lancé à faire un long capot abritant un moteur thermique mais serait parti vers ce qu’il y a de meilleur en matière de technologie, de contenus, de packaging. L’idée était vraiment de partir d’une feuille blanche.

Romain Gauvin : On a la chance que le centenaire de la marque arrive à une période super intéressante pour nous, en pleine mobilité électrique, dans un monde connecté. Il y a énormément de choses avec lesquelles travailler, ce qui est très excitant. Pour moi, ce qui se dégage du Grand Tourisme selon Citroën c’est la notion de voitures presque volantes. Quand on regarde une CX ou une SM sur la route, on dirait presque des soucoupes volantes, complètement en décalage avec les autres voitures. Je trouve ça vraiment iconique de la marque. J’ai donc retenu l’image du petit nuage sur lequel on est assis, d’une capsule au-dessus de la route, pour élaborer ce projet. D’où la forme en goutte d’eau surélevée, avec de l’air qui passe au-dessus et en dessous. Après j’y ai intégré les éléments dont j’avais besoin.

Un élément que l’on ne peut pas manquer, ce sont les roues !

Frédéric Duvernier : Il s’agit de roues de 30 pouces. Ce sont les plus grandes que l’on ait pu développer à ce stade, en partenariat avec Goodyear. Sans eux, on n’y arrivait pas. La roue participe bien sûr aux proportions hors normes mais aussi à la logique globale de packaging de la voiture. La longueur de leur bande de roulement et leur faible surface frontale participent à l’autonomie. Il y a aussi des notions de confort associé avec la multiplication arythmique des stries qui génère moins de bruit de roulement.

Romain Gauvin : En cas de bosse sur la route, c’est totalement absorbé par les roues grâce à des suspensions à double butées hydrauliques, sans impact sur ce qui se passe dans la cabine qui reste parfaitement stable.

Une fois n’est pas coutume, les lidars (radars sur le toit) sont particulièrement mis en avant. Pourquoi ?

Romain Gauvin : Mon parti-pris a été d’aller contre la culture de designer automobile qui a tendance à camoufler les choses. Je me suis dit qu’il serait intéressant de les prendre à bras le corps, de les magnifier, car c’est un argument pour Citroën d’avoir cette technologie embarquée sur ses voitures. C’était vraiment stimulant pour moi de réfléchir à comment les traiter.

source AFP-Relaxnews