© BERTRAND GUAY / AFP

(AFP) – La griffe Altuzarra a choisi le cadre art déco de la célèbre brasserie parisienne La Coupole samedi pour son défilé automne-hiver 2018-2019, tandis que Véronique Leroy a convié ses invités au cinéma, au sixième jour de la Fashion Week.

– Altuzarra: complet-veston et robes à smocks –

Haut-lieu des années folles et de la vie culturelle de Montparnasse, qui a vu défiler de nombreux artistes et personnalités politiques, La Coupole est devenue un temple de la mode le temps du show Altuzarra.

Les mannequins ont foulé les mosaïques d’inspiration cubiste de la fameuse brasserie. Le créateur français Joseph Altuzarra, né à Paris et qui vit à New York, revient ainsi dans un lieu familier, près duquel il a grandi.

« J’avais l’habitude de passer devant ce restaurant tous les jours en allant à l’école », a-t-il expliqué aux journalistes après le show, pour lequel il s’est inspiré du souvenir de sa mère s’habillant pour aller travailler et des Parisiennes de son enfance, ainsi que des femmes qui l’entourent aujourd’hui.

Le vestiaire mêle masculin et féminin, avec une série d’ensembles inspirés du complet-veston. Les vestes croisées ont des découpes sous la poitrine ornées de boutons pour plus de féminité, la taille est marquée et met en valeur l’arrondi des hanches.

« J’ai grandi dans le 7e arrondissement, qui est très bourgeois, j’en ai repris certains codes en essayant de les casser un peu », décrit le créateur, qui joue sur les contrastes.

Une blouse fleurie et légère s’accompagne d’un gilet de costume masculin, une robe romantique se porte avec des bottes de biker. Des robes à smocks à petites fleurs côtoient des tenues plus rock, comme des robes en cuir à oeillets métalliques. Des anneaux argentés viennent percer un douillet pull gris à laine torsadée. Des plumes reviennent en motifs, sur des pulls, des chemisiers ou des jupes.

– Véronique Leroy: mode sur écran géant –

Véronique Leroy avait quant à elle choisi le cadre d’une salle de cinéma pour présenter sa collection sous la forme d’un court-métrage.

Le film mêle des paysages bucoliques – champs, chemins boueux, maison en ruine, animaux de la ferme, herbes folles oscillant sous le vent – et les plans d’une mannequin portant des pièces de la collection, évoluant sur un fond blanc.

« Cela fait longtemps que je pense à présenter mon travail d’une autre manière que le défilé », a expliqué la créatrice belge après la diffusion du court-métrage, qui s’inspire d’un week-end « chic et froid » dans la campagne anglaise.

L’idée était de « décontextualiser la démarche » du défilé, tout en soulignant les parallèles et les contrastes « entre cette nature et le côté surfait de la mode », a-t-elle ajouté.

Les vêtements filmés évoquent une nature sublimée: pantalon en jean couleur terre, robe sans manche en mousseline couleur tilleul… L’intégralité de la collection a ensuite été disposée sur un portant devant l’écran, accessible à tous.

– Vivienne Westwood: déclaration d’amour –

Andreas Kronthaler, mari de Vivienne Westwood et désormais en charge des collections de la griffe, a fait une déclaration d’amour à sa femme à l’occasion de ce défilé. Une lettre écrite de sa main, adressée à la reine du punk et pasionaria écologiste de 76 ans, a été distribuée aux invités.

« Je veux te rendre hommage, en tant que collaboratrice, amie et compagne, professeur et muse (…) Je trouve toujours, en toutes occasions, que tu es la femme la mieux habillée qui soit », écrit le quinquagénaire, qui a présenté une collection unisexe à l’exubérance joyeuse, avec des chaussures à plateformes gigantesques, où les imprimés fleuris, les noeuds en cascade et les robes en maille aux couleurs pop cohabitent avec des vêtements plus sobres.

source AFP-Relaxnews