© ipopba / IStock.com

(AFP) – Voici une sélection d’actualités dans les nouvelles technologies annoncées à l’occasion du salon international des start-up VivaTech à Paris.

Sex and the insecticides

Irina Borodina, scientifique lituanienne, a reçu jeudi soir un prix de la Commission européenne en tant que « Innovative woman » (« femme innovante »). Avec son entreprise Biophero, installée au Danemark, elle a développé un substitut original aux pesticides: des phéromones sexuelles d’insecte produites à grande échelle « à l’aide de levures, dans un processus similaire au brassage de la bière ».

Une fois les phéromones répandues, « les insectes mâles ne peuvent trouver les femelles » et la reproduction des nuisibles se trouve donc compromise, a expliqué la scientifique au moment de recevoir son prix. Elle a souligné que, grâce à la solution développée par son entreprise, ces technologies « pouvaient être mises à disposition des agriculteurs au même prix que des insecticides conventionnels ».

Une appli anti-acné de L’Oréal et Alibaba en Chine

L’Oréal et Alibaba ont codéveloppé une application mobile d’analyse de l’acné par un algorithme d’intelligence artificielle qui sera lancée en juin sur deux plates-formes du géant chinois du commerce en ligne.

Baptisée « Effaclar Spotscan » et développée sous la marque de dermocosmétique La Roche-Posay de L’Oréal, cette application doit offrir aux utilisateurs un diagnostic et des conseils personnalisés pour soigner leur acné à partir de photos de leurs visages prises avec un smartphone.

Des réunions en réalité virtuelle augmentée

La banque française BNP Paribas compte mettre en place des réunions en réalité virtuelle augmentée qui permettront à des personnes situées aux quatre coins du monde de discuter d’un projet numérisé.

Des collaborateurs situés à Hong Kong, Dubaï, Londres, Francfort et Paris seront les premiers à expérimenter ces lunettes de réalité virtuelle grâce auxquelles ils pourront tous visualiser et manipuler un projet de travail (numérisé au préalable) comme s’ils étaient dans la même pièce.

Cette technologie permettra dans un premier temps à certains clients de la banque « de se voir présenter des opportunités d’investissements immobiliers par hologramme via les équipes de BNP Paribas Real Estate », branche immobilière du groupe BNP Paribas, précise la banque. 

L’IA pour aider les malvoyants et les aveugles

Microsoft a commencé à tester la version française de son application « Seeing AI », capable d’aider les aveugles ou les malvoyants à percevoir leur environnement en le décrivant par la voix. 

Elle permet de dire à l’utilisateur qui sont les amis, collègues ou membres de la famille qui sont présents, évaluer la distance et le nombre de personnes dans l’environnement de l’utilisateur, lire un texte visible sur l’appareil photo du téléphone, y compris en écriture manuscrite, identifier un produit en fonction de son code barre… La version française est en cours de test au sein de l’Association Valentin Hauy, et Microsoft espère la lancer auprès du public « dans les prochains mois ».

L’application a été développée à l’initiative de Saqib Shaikh, un ingénieur de Microsoft lui-même malvoyant.

Les lunettes qui savent lire

OrCam Technologies, spécialiste de la vision artificielle, a gagné le prix Startup Pitch Challenge. La société a développé une petite caméra intelligente qui s’attache sur les montures de lunettes et lit tous les textes qu’on lui présente. 

Elle s’adresse aux personnes ayant un handicap visuel. Il a fallu cinq ans de recherche par 200 ingénieurs pour concevoir « l’OrCam MyEye 2.0 », disponible en France depuis 2018. 

Intelligence artificielle et collective

« Toute déclaration officielle, quelle que soit sa forme, ne fait malheureusement qu’attiser les esprits méfiants envers les médias et conforter les complotistes qui sont les foyers de la viralisation », constatent la Fondation Digital New Deal, l’Union Francophone et Wikimedia France (fondation de Wikipédia).

Par conséquent, la société civile doit se mobiliser contre les « fake news ». Les trois organisations lancent ainsi un dispositif baptisé « Stop aux infox », avec de l’IA pour identifier les sujets à risque sur les réseaux sociaux (notamment liés aux publications climatosceptiques). A charge ensuite à des contributeurs de trier le bon grain de l’ivraie.

Pour créer cette communauté de collaborateurs, le dispositif pourra s’appuyer sur la communauté de contributeurs francophones de l’encyclopédie Wikipédia (18.000 personnes).

Huawei va investir 35 millions d’euros en France

Le vice-président du géant chinois des télécoms Huawei Ken Hu a profité de son intervention sur la scène de VivaTech à Paris pour annoncer un investissement de 35 millions d’euros en France au cours des cinq prochaines années. L’investissement concerne ses OpenLab en France, dont le premier a ouvert ses portes en avril dernier à Paris, avec l’objectif de « construire un écosystème fort en France », via une « plate-forme de collaboration entre industries ».

Concours pour l’info voyageurs en Ile-de-France

La présidente d’Ile-de-France Mobilités (IDFM) et de la région Ile-de-France Valérie Pécresse a profité de VivaTech pour lancer un concours d’idées afin d’améliorer l’information des voyageurs lorsque les transports en commun connaissent des perturbations.

L’objectif est d’inviter les entreprises, les start-up, les professionnels de la mobilité, les établissements d’enseignement supérieur ou les usagers à proposer des dispositifs concrets.

Ce « challenge » sera plus concrètement présenté fin juin et un jury désignera un lauréat en octobre. Il y a 200.000 euros à gagner, et éventuellement un accompagnement si IDFM décide d’adopter la solution du vainqueur.

Paiement instantané: Lydia revendique 2 millions d’utilisateurs

L’application de paiement mobile, lancée en 2013, compte désormais 2 millions d’utilisateurs et annonce l’ouverture de 100.000 comptes par mois. La jeune pousse y voit le résultat de sa stratégie mise en œuvre un an et demi auparavant, soutenue par une évolution rapide des usages. Elle table sur la réalisation de plus de 2 milliards de transactions sur sa plate-forme. 

Outre le paiement instantané entre particuliers, Lydia propose un éventail de solutions de paiements telles celles proposées par les géants mobiles (Apple, Google, Samsung), ainsi que des numéros de carte de paiement à usage unique ou temporaire sur Internet ou des cartes bancaires pour payer à l’étranger sans frais de change.

Novartis va créer un centre d’innovation numérique en France

Le géant pharmaceutique suisse Novartis va lancer au second semestre 2019 « Biome Paris », un laboratoire d’innovation ouverte dans la e-santé, son premier de ce type en Europe après l’ouverture d’un centre semblable l’an dernier à San Francisco.

Ce site, destiné à accueillir et accompagner des start-up partenaires, disposera d’un espace dédié de 250 m2 dans le nouveau siège de Novartis France à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), ont précisé ses dirigeants à l’occasion du salon parisien VivaTech.

source AFP-Relaxnews