© ERIC PIERMONT / AFP

(AFP) – Après avoir engrangé un bénéfice net record en 2018 en cédant son pôle immobilier, AccorHotels, sixième groupe hôtelier mondial, redevient « Accor » et veut accélérer son développement en mettant l’accent sur sa marque via des partenariats avec le PSG notamment.

Le groupe a publié jeudi un bénéfice net record pour 2018 de 2,23 milliards d’euros, gonflé par une plus-value de 2,4 milliards réalisée à l’occasion de la cession de 65% de son pôle immobilier AccorInvest. L’opération a dégagé un produit total de 4,8 milliards.

Outre ce bénéfice net quintuplé comparé à 2017, le chiffre d’affaires de l’an dernier ressort à 3,61 milliards d’euros, en hausse de 16,9% grâce à des acquisitions, un peu supérieur aux 3,58 milliards attendus par le consensus des analystes compilé par Factset.

Pour Sébastien Bazin, PDG du géant hôtelier, ces résultats « reflètent une transformation profonde, marquée notamment par la cession de notre pôle immobilier et de nombreuses acquisitions », des sociétés Mantra, Mövenpick, Atton, Gekko, ResDiary, Adoria.

En « nette amélioration », les résultats font ressortir un excédent brut d’exploitation, un flux de trésorerie disponible et un développement organique « records », s’est-il félicité.

A la Bourse de Paris, l’action cédait 2,65% à 39 euros, dans un marché en recul de 0,10% vers 10H10 locales, en partie victime de prises de bénéfices après un gain de 5% depuis le début de l’année. Des analystes, comme celui de la banque d’affaires Bryan Garnier, saluaient des résultats « solides », conformes aux attentes.

Après avoir ajouté « Hotels » à son nom il y a trois ans et demi, le groupe va redevenir « Accor », a expliqué M. Bazin lors d’une conférence de presse car « nous faisons bien plus que gérer des hôtels, même si cela restera le coeur de l’activité du groupe pour les 50 ans à venir: nous entrons dans +l’hospitalité augmentée+ », avec de nouveaux services offerts aux clients.

Après s’être focalisé sur la cession du pôle immobilier qui a fait du groupe un pur exploitant hôtelier, le PDG va désormais se consacrer à accroître « la notoriété de la marque » et améliorer « la distribution » et la « fidélisation » de ses clients, a-t-il affirmé.

A cette fin, Accor va investir 225 millions dans le programme « ALL-Accor Live Limitless », afin de regrouper sur une plateforme unique, toute sa distribution et son programme de fidélité, dont il espère améliorer les performances.

– Sponsor du PSG –
Des partenariats avec AEG, IMG et le club de football du Paris Saint-Germain, dont ALL « deviendra notamment le sponsor maillot à partir de la saison prochaine », ont été noués.

« Nous devons crier depuis les toits que le monde d’hier où Accor ne s’affirmait pas, c’est fini. Pourquoi ne pas mettre notre nom en grand comme les McDonald, les Total de ce monde ? » a lancé M. Bazin.

Grâce au surplus d’excédent brut d’exploitation attendu de ALL, d’environ 60 millions d’euros par an dès 2022, puis 75 millions ensuite, Accor devrait excéder l’objectif d’excédent brut d’exploitation pour 2022, de 1,2 milliard d’euros annoncé en novembre.

Le leader européen de l’hôtellerie, qui compte 290.000 salariés, a publié un excédent brut d’exploitation, indicateur clé de l’entreprise, en hausse de 14,5%, à 712 millions d’euros.

A fin décembre, le portefeuille comptait 703.806 chambres réparties sur 4.780 hôtels, dont 78% situés dans les marchés émergents, et 49% pour la seule région Asie-Pacifique.

Autre indicateur au vert: le revenu par chambre (RevPAR) a progressé de 5,6% en 2018 et même de 6,5% en Europe, une performance « tirée par la France », où le RevPAR a progressé de 6,9% et même de 12,2% à Paris. Un nombre record de 90 millions de touristes ont été accueillis dans l’Hexagone l’an dernier, a rappelé le PDG.

Ainsi, le mouvement social des « gilets jaunes » n’a nullement pénalisé l’activité, car décembre et janvier « pèsent très peu » dans le chiffre d’affaires global, et en raison des implantations des établissements, éloignées des manifestations.

En Europe, ce RevPar a progressé de 6,5%, contre 4,3% en Asie-Pacifique et +1,8% dans la région Afrique et Moyen-Orient, et 4% en Amérique du nord, centrale et Caraïbes. En Amérique du sud, il a bondi de 12,3% grâce à la reprise du Brésil.

En 2019, Accor va « poursuivre sa croissance, accroître ses parts de marché dans le monde entier, et consolider son bilan ».

source AFP-Relaxnews