© TARIK KIZILKAYA/Istock.com

(Relaxnews) – A moins d’un mois des grandes vacances d’été, une étude du logiciel antivirus McAfee révèle les comportements à risque des vacanciers aussi bien quand ils réservent leur séjour que lorsqu’ils se connectent à Internet sur leur lieu de villégiature. 

La détente, le soleil, la plage… Les vacances sont propices à l’oubli des soucis professionnels et personnels. Un temps de relâchement qui profite aux cybercriminels, à l’heure où smartphones et autres tablettes sont devenus de vrais compagnons de voyage. 51% des personnes interrogées concernées passent en moyenne une heure par jour sur leurs appareils connectés. Près des trois quarts (74,7%) consultent des e-mails tandis que 47,6% gèrent leurs comptes bancaires via une application dédiée. Ce sont autant d’occasions d’être victimes d’une cyberattaque.

Preuve en est, plus de la moitié des vacanciers (51,2%) avouent ne pas vérifier la sécurité de leur connexion ou se connectent alors même qu’un message les a prévenus d’une absence de sécurité. On sait aujourd’hui que nombre d’endroits proposent aux voyageurs d’accéder à Internet grâce au wifi gratuit, depuis la chambre d’hôtel (53%) jusqu’au hall de l’aéroport (35,2%), et parfois même dans un bus. Un comportement d’autant plus à risque que 55,5% des sondés utilisent leur équipement électronique de travail. 

Et les vacanciers n’attendent pas de décompresser pour lâcher du lest quant à la sécurité sur le web. Dès l’étape de la réservation du séjour, les internautes présentent des comportements à risque, estime cette étude. 22% des Français ne vérifient pas l’authenticité d’une plateforme alors qu’ils s’apprêtent à commander un séjour. D’ailleurs, 44% des personnes interrogées précisent que cela ne leur est jamais venu à l’esprit qu’il pouvait avoir un risque de fraude. 

43% des Français déclarent avoir été victimes d’une escroquerie après avoir trouvé une offre intéressante. Enfin, 32,5% réservent leurs vacances par le biais d’e-mails de promotion, voire de fenêtres publicitaires (pop-up). 

Cette étude a été réalisée par 3Gem pour mcAfee auprès d’un échantillon de plus de 2.000 adultes en France. 

source AFP-Relaxnews