© PHILIPPE HUGUEN / AFP

(AFP) – La compagnie aérienne tchèque Smartwings a annoncé jeudi qu’elle allait engager des négociations avec Boeing au sujet d’éventuelles compensations à la suite de l’immobilisation mardi de ses sept appareils Boeing 737 MAX.

« Nous examinons toutes les mesures juridiques. Les compensations feront l’objet de négociations avec Boeing », a déclaré la porte-parole de la compagnie Vladimira Dufkova.

L’immobilisation des appareils de ce type coûte à la compagnie « plusieurs millions de couronnes par jour » (1 EUR = environ 26 couronnes), a-t-elle indiqué à l’agence CTK.

Outre ses sept Boeing 737 MAX 8 cloués au sol, la compagnie tchèque avait également commandé à l’avionneur américain 32 appareils supplémentaires de ce type. La livraison de 16 d’entre eux était prévue cet été, selon la porte-parole.

« Prendre maintenant la livraison d’un avion qui ne peut pas voler n’a aucun sens », a estimé Mme Dufkova.

« Nous ne voulons pas tirer des conclusions prématurées, nous espérons que Boeing va bientôt résoudre la situation actuelle », a-t-elle conclu.

Mercredi, la compagnie à bas coûts Norwegian Air Shuttle avait annoncé qu’elle allait demander des compensations financières à Boeing après la suspension de vol des 737 MAX.

Le crash, dimanche, d’un Boeing 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts de 35 nationalités, est le deuxième en moins de six mois pour ce type d’avion, désormais cloué au sol dans de très nombreux pays.

Dans des circonstances similaires, un avion du même type de la compagnie indonésienne Lion Air s’était abîmé en mer en octobre au large de l’Indonésie, faisant 189 morts.

source AFP-Relaxnews