© GUILLAUME SOUVANT / AFP

(AFP) – Le Tribunal administratif de Paris a confirmé vendredi l’attribution à Smoovengo du nouveau marché de vélos en libre service Vélib en région parisienne, en rejetant un recours de l’opérateur historique JCDecaux.

Ce dernier contestait la validité du contrat conclu entre le syndicat gestionnaire de Vélib et Smoovengo pour l’extension du marché des vélos en libre service à la métropole parisienne.

Dans son jugement, le tribunal écarte notamment l’existence d’un conflit d’intérêts. Il juge également que la procédure d’attribution du marché Vélib’2 n’a « pas méconnu une obligation de reprise des salariés de la filiale Cyclocity » de JCDecaux.

Enfin, le tribunal a estimé que si Smoovengo a dû renforcer ses équipes en raison des difficultés rencontrées, « ces difficultés pratiques d’installation ne sont pas par elles-mêmes de nature à établir le caractère anormalement bas de l’offre retenue ».

JCDecaux gérait les Vélib depuis le lancement du service en 2007, mais son offre pour « Vélib’2 » avait été écartée au profit de Smoovengo, qui a pris la suite en janvier 2018.

En septembre, le syndicat gestionnaire avait renouvelé sa confiance à Smoovengo, en dépit des nombreux retards et dysfonctionnements rencontrés par l’opérateur, tout en exigeant un déploiement complet « au plus vite » du service de vélo en libre service.

Dans un communiqué, le syndicat s’est félicité de la décision du tribunal administratif. « Le déploiement se poursuit avec pour objectif au moins 1.100 stations en service à la fin de l’année et 1.400 à fin mars au plus tard », écrit-il.

source AFP-Relaxnews