© DR

Le futsal offre des gestes techniques pour les amateurs

 de spectacle footballistique. Dérivé du football, il séduit
un large public. Chapeautés par la Fédération Française de Football, ils sont 500 000 à taquiner la sphère en France. Parmi eux, Hamza Brikat du club Evolve de Nancy.

Des buts, des dribbles, des feintes… qui enflamment les spectateurs, tels sont les atouts du futsal. Né en Amérique du Sud, le futsal (fútbol de salón en espagnol ou futebol de salão en portugais) fait son apparition en 1930 à Montevideo en Uruguay, après la première Coupe du monde de football. Le futsal possède ses propres règles et la première grande différence avec le football vient des dimensions réduites du terrain. En effet, il se pratique sur un terrain de handball avec un ballon plus petit et légèrement plus lourd. Les équipes sont composées de cinq joueurs, dont un gardien, dit « volant » (il peut donc sortir de sa surface et participer au jeu). Les remplacements sont illimités, ils peuvent se faire à n’importe quel moment du jeu ce qui permet de garder une certaine intensité. Voilà pour les grandes lignes du règlement.

Depuis les années 70 et son arrivée en France, le futsal s’est fait une place parmi les sports collectifs les plus pratiqués. 500 000 adeptes offrent un vrai spectacle à un large public. : « C’est un vrai récital qui est donné lors de chaque match car les joueurs sont toujours en mouvement et quand les gestes techniques sont réalisés en pleine vitesse, croyez-moi, cela est très impressionnant », détaille
Hamza Brikat. Un aspect qui est sans doute à l’origine du nombre croissant de pratiquants en France qui démontre que le football n’est plus unique mais pluriel. La Fédération Française de Football l’a bien compris et met tout en œuvre pour développer la pratique en tablant notamment sur la santé, car le futsal invite tous les publics à faire plus de sport.

Autre avantage, le futsal se pratique en salle : « C’est un argument de poids qui séduit les grands et les petits. Nous sommes dans une région où l’hiver peut être long et les terrains impraticables. Le futsal est idéal pour continuer à se faire plaisir au chaud. Cela convient aux enfants et aux parents », atteste amusé Hamza Brikat (photo ci-contre). Les enfants justement sont les premiers séduits par la discipline : « Les statistiques démon­trent que les enfants touchent deux fois plus le ballon qu’en jouant au football traditionnel. Cela veut dire qu’aucun d’entre eux n’est mis de côté et le jeu s’en ressent puisqu’ils sont tous impliqués et ils progressent beaucoup plus vite », précise Hamza Brikat.

Parmi les amateurs du « football salon », Cléo 10 ans et Antonin 11 ans : « Notre entraîneur nous apprend à prendre les espaces, à jouer plus vite et à prendre l’information avant d’avoir la balle. Quand on retourne sur un grand terrain, on joue plus vite aussi et surtout plus simple. » Des attitudes confirmées par Hamza Brikat : « En hiver, il est prévu deux séances par semaine. Ces entraînements sont un vrai plus pour les enfants et quand ils retrouvent les terrains extérieurs au mois de mars ce ne sont plus les mêmes joueurs. »

INFOS PRATIQUES :

 Page Evolve Futsal sur Facebook