Renaud Lavillenie, parrain du Championnat du monde d'athlétisme scolaire sautera au >Meeting Stanislas
© DR

 Un meeting Stanislas d’envergure européenne couplé à un championnat du monde d’athlétisme scolaire : Nancy s’apprête à vivre la dernière semaine de juin au rythme des courses, des sauts et des lancers. Avec le soutien de nombreux athlètes stars et la participation de Renaud Lavillenie, recordman du monde de saut à la perche.

Quand on remonte aux origines du meeting Stanislas, il y a 28 ans, on découvre une philosophie qui prend tout son sens aujourd’hui. Cette philosophie, c’était de réunir sur une même piste, dans un même stade des athlètes d’envergure internationale et les meilleurs régionaux. Les stars au sommet et celles en devenir.

En accueillant cette année, pendant les 5 jours qui entourent le meeting, les championnats du monde d’athlétisme scolaire, Nancy jette un nouveau pont entre l’athlétisme d’aujourd’hui et celui de demain. Venus de 32 pays différents, les meilleurs lycéens du monde entier vont s’affronter sur la piste du stade Raymond-Petit. Chaque équipe a déjà remporté son championnat national. Au total, 700 jeunes athlètes encadrés par 150 professeurs s’apprêtent à débarquer dans la cité ducale.

Pour accompagner cette grande fête, le meeting Stanislas a dû changer sa date de programmation, pas évident quand on sait que la compétition s’inscrit dans un calendrier national et européen. « Ça n’a pas été une mince affaire, explique Pascal Thiébaut, organisateur historique du meeting. Mais l’occasion était trop belle pour faire une grande fête autour de l’athlétisme. C’est bien pour l’athlétisme, c’est bien pour la ville. » Il y a bientôt trente ans, ce multiple champion de France de demi-fond a l’idée d’organiser course qualificative pour un championnat d’Europe : « En plus de ma casquette d’athlète, je me suis trouvé avec celle d’organisateur. Pour cette première, la priorité était de trouver des partenaires et ensuite de faire venir mes copains athlètes de haut niveau dans l’optique d’offrir aux régionaux l’occasion de s’y frotter. » Aujourd’hui, Pascal Thiébaut veut rendre ce que le sport lui a apporté.

Un rayonnement mondial

Quand le parrainage des mondiaux scolaires par Renaud Lavillenie s’est confirmé, le monde de l’athlétisme nancéien s’est mis à trembler. Et si ?… Et si le recordman du monde de saut à la perche pouvait sauter lors du meeting ? Le meeting Stanislas a toujours pris soin d’inviter des pointures. Mehdi Baala, y a battu un record de France de demi-fond, Sergueï Bubka y a sauté, la Gazelle, Marie-Jo Pérec, y a couru. Avec la confirmation de la participation de Renaud Lavillenie, le meeting frappe un grand coup.

Le plateau de la compétition réunira une belle sélection d’athlètes, dont la liste n’est pas encore définitive. Mais les stars seront aussi les plus jeunes avec leur participation en lever de rideau. Les meilleurs lycéens des championnats qui se déroulent en parallèle. L’occasion de rassembler une grande famille, et de faire rayonner Nancy avec notamment une diffusion sur la chaîne SFR sport.

Le meeting Stanislas fonctionne grâce aux efforts de 180 bénévoles et du soutien de la métropole du Grand Nancy. Pour Éric Pensalfini, vice-président en charge des Sports à la Métropole du Grand Nancy « le meeting Stanislas en général et ces championnats du monde d’athlétisme scolaire envoient une belle image de notre collectivité à l’échelle mondiale. Tant sur notre capacité d’accueil, que sur notre savoir-faire en matière d’organisation. C’est une superbe vitrine. » Professeur de sport lui-même à la ville, Éric Pensalfini est particulièrement enthousiaste d’accueillir des élèves du monde entier. Nancy deviendra l’espace d’une semaine la capitale française de l’Athlétisme. En témoigne la présence d’autre stars comme
Floria Guei, Ladji Doucouré, Martinot Lagarde ou Muriel Hurtis, ambassadeurs de la candidature de Paris 2024.

3 questions à…

Serge Raineri

Directeur Régional de l’UNSS Académie Nancy-Metz

Comment avez vous décroché des mondiaux à Nancy?

Nous avions un bon dossier et des collectivités engagées dès le départ à nos côtés. Pourtant quand au niveau national on s’est retrouvés face à Paris, Poitiers et Monaco on s’est dit que c’était plié, et non… À l’international, nous étions face à Malte, on n’y croyait pas trop non plus et puis on a remporté l’organisation des mondiaux d’athlétisme scolaire. Depuis 5 ans nous sommes la première académie de France en pourcentage de licenciés et nous sommes connus pour notre savoir faire en matière d’organisation. ces mondiaux récompensent notre travail. C’est aussi un grand défi .

Quand on pense sport à l’école on pense Handball ou Foot. Quelle place occupe l’athlétisme dans le sport scolaire?

Le succès de l’athlétisme, au sens large, ne se dément pas. La natation, la gymnastique et l’athlétisme sont un peu les piliers du sport scolaire. Évidemment en Lorraine on ne peut pas pratiquer l’athlétisme dehors toute l’année mais entre les cross l’hiver et les compétitions l’été on fait courir à peu près 30 000 gamins du collège au lycée. En France, l’UNSS est la deuxième fédération sportive de France avec 1,2 million de licenciés.

Le jeunes ont besoin de s’identfier. Des parrains de renoms, c’était important?

Sept athlètes français sur dix ont découvert leur sport à l’école, ceux qui s’en souviennent deviennent de super parrains ! Cette année avoir Renaud Lavillenie comme parrain c’est génial. C’est une super star, d’ailleurs pour le grand public en athlétisme il y n’y a que deux noms: Bolt et Lavillenie. Il sera là pendant trois jours et sautera au meeting Stanislas. Avec les mondiaux et le meeting, Nancy sera vraiment la capitale de l’athlétisme!