© Biotherm

Le champion de natation handisport originaire de Lunéville fait ses débuts de chroniqueur télé et vient de signer en tant que mannequin pour une grande marque de cosmétiques. Une façon pour lui de gagner sa plus belle course : changer le regard sur le handicap.

Dans le taxi qui le conduit aux studios de télévision, il répond aux dernières sollicitations de la presse. Dans quelques minutes, il s’apprête à signer sa première chronique santé dans le Magazine du même nom sur France 5. À peine le temps de se rejouer dans sa tête les dernières courses, il y a une semaine, lors des championnats du monde de natation handisport à Londres.

Tout va très vite pour ce jeune homme de 19 ans, amputé des deux bras et des deux jambes depuis l’âge de 6 ans, à la suite d’une méningite foudroyante. Son incroyable parcours depuis est un exemple suivit de très près, notamment depuis Lunéville où il a grandi.

Si aujourd’hui Théo Curin attire la lumière, c’est autant pour ses exploits sportifs dans les bassins – il était l’un des héros des Jeux Paralympiques de Rio – que pour l’image qu’il a su donner de son handicap. Enfant de la génération des réseaux sociaux, il a très vite compris qu’il lui serait difficile de cacher sa différence. Alors autant l’afficher sans complexe. C’est l’esprit de la nouvelle campagne de publicité de la marque Biotherm, leader mondial des cosmétiques pour homme. « J’ai principalement été séduit par leur état d’esprit de leur démarche. Quand j’ai compris que mon handicap ne serait ni caché ni mis en avant sur les photos, j’ai tout de suite accepté », explique Théo. Ses responsables sont venus le chercher comme il l’avait fait avec David Beckham, égérie de la marque il y a quelques années. Si son côté « belle gueule d’ange » n’est pas étranger à ce choix, la filiale de l’Oréal a voulu mettre en avant des valeurs que partage Théo : « En posant pour cette campagne, j’espère ouvrir le regard des gens sur la différence. J’ai adoré faire ces photos, je me suis senti comme un mannequin comme les autres ».

Fier de succéder à Beckham sur des affiches, Théo Curin est encore plus fier de s’asseoir dans le même fauteuil que Philippe Croizon sur le plateau de l’émission Le magazine de la santé sur France 5. Pionnier dans cette approche décomplexée du handicap, Philippe Croizon a toujours été un modèle pour Théo. Amputé comme lui des quatre membres mais après un accident, il s’est aussi révélé dans un élément – l’eau ­– qui n’était pas le préféré de Théo au départ : « C’est lui qui m’a donné envie de me dépasser, de prouver à mon entourage que j’étais capable de faire de grandes choses. Le voir se mettre à l’eau dans des conditions extrêmes m’a poussé dans la voie qui est aujourd’hui la mienne ».

Mais si son mentor avait choisi le handicap comme thème de ses chroniques, Théo Curin parlera des bienfaits du sport. « Je ne souhaitais pas être assimilé au handicap, je veux être considéré comme un chroniqueur à part entière. Je parlerai tous les mois de gens qui ont utilisé le sport pour surmonter des drames liés à un handicap, une maladie, mais aussi des problèmes familiaux, la perte d’un proche… » Pour sa première chronique, il a évoqué le sort hallucinant d’un migrant tchadien pour qui le sport a d’abord été une source d’espoir puis un vrai moteur d’intégration et de partage, au point d’avoir été choisi comme bénévole lors de la dernière Coupe du monde féminine de Football en juin. Avec ces belles histoires, Théo Curin parvient à transmettre son énergie, son envie d’avancer. La même qui le poussera à se surpasser lors des prochains Jeux paralympiques de Tokyo l’été prochain.

BIO EXPRESS :

2000 : 20 avril, naissance à Lunéville

2006 : amputé des quatre membres suite une méningite foudroyante

2016 : premier podium international avec une médaille d’argent sur 200 m nage libre aux championnats d’Europe de natation handisport à Funchal au Portugal.

2016 : Il participe pour la première fois aux Jeux paralympiques lors de l’édition 2016 de Rio de Janeiro,

2017 :  il joue le rôle de Théo dans la série télévisée Vestiaires diffusée sur France 2.

2019 : il devient l’égérie de la marque Biotherm, et chroniqueur au Magazine de la santé sur France 5.