© DR

Le Sluc Nancy Basket repart pour une troisième saison en Pro B. Le club devra certes faire avec un budget serré mais pas question de parler d’année de transition pour Sylvain Lautié. Le nouveau directeur sportif entend bien préparer l’avenir pour que le Sluc retrouve sa place en Pro A.

Comment s’est fait ce retour à la maison ?

Ce n’était pas prévu, c’est après avoir rencontré le nouveau président Aurélien Fortier alors que j’étais encore à Bamako avec l’équipe nationale du Mali. Cela tombait bien car nous sommes revenus avec mon épouse en Lorraine depuis deux ans. C’est un vrai plaisir de retrouver ce club si particulier pour moi.

Quelle est votre mission exacte en tant que directeur sportif ?

Mon travail est de faciliter les liens entre toutes les entités du club. Le sportif avec le directoire ou encore avec les supporters. Cette case était vacante et comme j’ai du temps au quotidien et je vais m’attacher à réunir toutes les compétences du club pour qu’elles interagissent ensemble afin que nous allions tous dans le même sens.

La difficulté est aussi ne pas trop s’ingérer dans le travail de l’entraîneur, Christian Monschau ?

Les choses sont claires avec lui. C’est un entraîneur qui possède une grande expérience et qui sait ce qu’il a à faire. Nous ne sommes pas là pour décider à sa place mais pour l’aider dans sa tâche. Depuis son arrivée, Christian Monschau a lancé un cycle qui s’est révélé positif, puisque le Sluc la saison dernière a été longtemps dans le top 3

Le Sluc va devoir se serrer la ceinture financièrement. Est-ce une année de transition ?

Il n’existe pas d’année de transition. Nous devons nous adapter à la situation actuelle tout en gardant des ambitions. Il nous faut anticiper. Notre objectif est de recruter malin, cela veut dire scruter des matches en France mais aussi à l’étranger pour suivre les joueurs intéressants, notamment certains évoluant en nationale 1. À terme, il serait aussi judicieux de se munir de quelques personnes pour regrouper un maximum de statistiques et d’informations sur les joueurs qui nous intéressent mais aussi des bases de données afin de comprendre pourquoi et comment les six dernières équipes de Pro B sont montées en PRO A.