© CS Photo

Au terme d’une saison aboutie, le HBC Nancy Sluc a gagné son billet pour la Nationale 2. Le club en est à sa quatrième accession en 6 ans, un parcours qu’il doit en grande partie à son coach, Fréderic Aubry. L’ambition est désormais de redonner une place de choix au Sluc au plus haut niveau.

Frédéric Aubry, après 6 saisons au HBC Nancy Sluc vous l’avez amené en Nationale 2. Quel est le secret de la réussite ?    

Je suis arrivé alors que le club cherchait à redynamiser sa section féminine qui évoluait au plus bas niveau régional. Les joueuses m’ont fait confiance et les succès ont cimenté un groupe qui était très jeune mais aussi super motivé. Voilà le secret de la réussite.

Fred Aubry, cette accession en N2, était-elle l’objectif du début de saison ?

Pour notre 3e saison de Nationale 3, l’objectif sportif était de finir mieux que les deux saisons précédentes à savoir, 5e puis 3e.
En finissant 1er et en accédant à la Nationale 2, nous le remplissons largement.

Meilleure défense de la saison

Quelles ont été les qualités de votre équipe pour aller au bout ?

J’ai toujours été un artisan de la défense et du jeu rapide. Comme beaucoup l’ont dit avant moi, si tu ne prends pas de buts, tu ne peux pas perdre, mais il s’avère qu’on peut aussi beaucoup s’amuser en défendant, c’est une stratégie à part entière. Daniel Costantini, ancien sélectionneur des « Barjots  » a dit qu’il fallait savoir attaquer l’attaque, j’essaie d’en faire un adage, ensuite à nous de marquer un but de plus que notre adversaire. Nous finissons d’ailleurs meilleure défense des 96 équipes de Nationale 3 avec moins de
21 buts encaissés par match.

Cette montée s’inscrit dans la progression du club depuis quelques saisons ?

Le handball féminin depuis quelques années était en perte de vitesse en Meurthe-et Moselle, peu à peu nous essayons de corriger cela. Nancy doit redevenir une place forte comme elle l’était auparavant.

Que faut-il faire pour éviter un simple aller-retour ?

L’équipe fanion est une vitrine pour le club, mais cela ne doit pas non plus cacher tout le travail fait sur les équipes jeunes. Ce sont elles qui sont l’avenir du club et c’est de ce côté que nous portons nos efforts actuellement avec des relations accrues avec les équipes du pôle lorrain et la création dès la rentrée prochaine d’un centre d’entraînement encadré par des personnes formées et diplômées. Le HBC Nancy doit également énormément à ses bénévoles sans qui rien ne serait possible. Merci à chacun d’entre eux d’avoir permis ces résultats.

Un club comme le Sluc peut-il rêver un jour de jouer au plus haut niveau ?

En attendant de pouvoir bénéficier de l’apport la formation interne, nous allons essayer d’équilibrer encore mieux les lignes pour jouer un rôle intéressant en Nationale 2 l’an prochain. Cela passe par un recrutement ciblé et intelligent, sans pour autant bouleverser ce qui a bien fonctionné jusque-là. Nous allons aussi nous heurter à un monde différent avec des budgets et des moyens supérieurs aux nôtres, à nous d’être malins et de profiter également des opportunités que nous offre le statut étudiant de la ville. L’ambition du club est d’accéder au niveau N1 et de s’y stabiliser avant de pouvoir, peut-être, rêver mieux. Nous avons franchi pas mal de marches depuis 6 ans et nous ne comptons pas spécialement nous arrêter là.