L’Euro de handball féminin passe par Nancy du 29 novembre au 4 décembre. Le palais des sports Jean-Weille accueillera l’équipe de France en match d’ouverture et lors du tour préliminaire. Une aubaine pour le handball féminin en Lorraine selon Jean-Marie Noël, président de la Ligue Grand Est de handball.

Jean-Marie Noël, que peut apporter cet événement au handball lorrain ?

L’objectif est de redynamiser le handball féminin et surtout susciter des vocations et ainsi augmenter le nombre de licenciées dans le Grand Est. Il faut que les jeunes filles qui viennent voir les matchs – et plus spécialement l’équipe de France – ressortent avec des
yeux pétillants et l’envie de jouer. D’autant plus
que le handball se diversifie avec la pratique du 4 contre 4. Voilà pourquoi cet Euro à Nancy est une opération séduction qui pourrait être bénéfique pour le handball féminin dans la région.

Nancy a le privilège d’accueillir les Bleues, Championne du monde en titre. Cela a-t-il été facile ?

Avec un match d’ouverture contre la Russie en prime et surtout une poule relevée. Nous avons travaillé pendant cinq à six ans afin de convaincre les instances internationales pour que la Lorraine et spécifiquement Nancy puisse recevoir un tel événement après les mondiaux masculins à Metz en 2017. Notre savoir-faire en matière d’organisation et notre expérience ont sans doute été déterminants.

Un Euro de handball ce sont des dépenses et des retombées. La balance sera-t-elle créditaire pour Nancy ?

Si les collectivités territoriales nous suivent c’est que les retombées économiques ne devraient pas être négligeables et ce même si le ticket d’entrée demandé par les instances internationales pour organiser un tel événement tourne autour de 250 000 €. Lors des mondiaux masculins à Metz, une étude a démontré que le panier moyen des supporters étrangers s’élevait à un peu plus de 100 € et celui des Français à 45 €.